Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Les droites européennes et l’islam

Pour Bruno et Bertrand, avec mon affection

   En Italie et en Autriche, la droite est au gouvernement ; en France elle est à l’Assemblée nationale ; en Suède elle titille le pouvoir alors qu’en Allemagne elle est dans la rue.

Les droites sont multiples et si diverses qu’il est peu probable qu’elles puissent être unifiées. Certaines de ces droites agissent comme des répulsifs pour d’autres, ainsi l’antisémitisme de Marine Le Pen aux yeux des populistes hollandais.

Les extrêmes droites ont des origines différentes. Certaines sont religieuses et s’effraient, à la manière d’Huntington (1) , d’une probable crise de civilisation  ; d’autres sont issues du fascisme (2) , d’autres sont violentes et révolutionnaires. Mais il y a une thématique commune à ces droites extrêmes, c’est le refus de l’autre, de l’étranger, du migrant, viscéralement criminel et violeur.

Ces droites pointent la menace d’une substitution ethnique des populations européennes. Cette idée prend sa source dans le néo-nazisme éclos dès les années 50, qui craint carrément, et le clame, un génocide progressif des populations européennes. Les extrêmes droite s’inquiètent de l’avenir de la race blanche. D’où le combat des politiques migratoires, sources du chaos, selon eux, et du déclin de la civilisation occidentale.