Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

De bure et de pourpre : le Cardinal d’Espagne

Pour Gaëlle LERMENIER, en hommage affectueux

   Si le théâtre des Pinter, Ionesco, Beckett, et de tous les auteurs de l’absurde ont particulièrement ébranlé le théâtre traditionnel qui ne se construisait que sur une unité d’action, de temps et de lieu, si rétrécie que soit sa place aujourd’hui, les aficionados du théâtre de répertoire remplissent toujours les gradins

Il est vrai que peu de gens, aujourd’hui, sont encore aptes à se reporter par l’imagination à ces scènes prodigieuses de la vie médiévale ou celles de la Renaissance où se sont illustrés le cruel Malatesta à Florence et l’énigmatique Cardinal Cisneros en Castille. Nous sommes tellement engoncés dans nos conformismes bourgeois qu’on a quelque difficulté à admettre qu’on n’ait pas toujours pensé, agi, réagi, comme on se conduit aujourd’hui.  

Ne résistant pas, au plaisir de relire, à l’été, le théâtre de Henry de Montherlant, j’ai revisité l’une de ses meilleures pièces, Le Cardinal d’Espagne, éprouvant un réel plaisir à réveiller le souvenir des accents inimitables que donnait à son rôle Henri Rollan.