Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Communique-t-on ? Parlons-en.

Pour tous les couples de nos amis... et pour les autres...

   La multiplication des moyens de communication pourrait légitimement faire croire que notre époque est marquée par un fort besoin de communiquer. Il faut remonter, pour en rappeler l’origine, à la fin du XVIIIe siècle et à ce génial entrepreneur de communication qu’était Claude Chappe, qui mit en place le sémaphore. Cet initiateur, le premier dans l'histoire de l'humanité, a ouvert les portes de la télécommunication. Succédèrent au télégraphe la radio, la télévision, le téléphone, le télétype, l’ordinateur, internet et tout ce que rassemblent aujourd’hui les utilisateurs des réseaux sociaux.

Est-ce que ce formidable déploiement de moyens de communication signifie un fort besoin de dialogue ? Serait-ce alors que nous manquons d’outils ?

Les livres qui prétendent nous instruire sur la communication, former à la parole publique, la conversation, remplissent les rayons des librairies. Et pourtant, combien de gens s’en vont se plaindre, entre amis ou devant leur thérapeute, que celui qui partage leur vie devient taciturne, mortellement silencieux. «Il ne parle pas», confie-t-on en larmoyant. Et l’on s’en va expliquer que si “’il” ne parle pas, c’est tout à fait normal puisque c’est un homme et que l’homme privilégie l’analogique plutôt que le langage verbal qui, à la différence de l’action, serait une sorte d’outil de communication réservé aux femmes. Il y aurait ceux qui agissent et celles qui en parlent !