Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

C’est la rentrée !

Pour Gaëlle ma nièce, concernée...

   Le défi des parents se réveille à chaque rentrée scolaire, celui d’inscrire leurs enfants à l’école et de les y maintenir. 

On parle beaucoup du coût de la rentrée, qui n’est pas mince quand on veut, pour mieux encourager nos petites têtes blondes, les équiper de la tête aux pieds d’accessoires tout neufs. Eu égard à cette charge, nos gouvernants tentent de diminuer les coûts de l’éducation, en instaurant, comme en certains pays d’Afrique, la gratuité de l’école primaire. Au cours des dix dernières années, des innovations ont réduit le nombre de laissés pour compte, comme au Kenya, où les élèves ont bénéficié de la distribution gratuite d’uniformes.

Ces belles initiatives ne garantissent pas la présence à l’école des enfants pourtant inscrits, ni la qualité de l’enseignement. L’absentéisme des enfants reste importante, pour s’élever parfois jusqu’à 50 % des élèves. Le réduction des coûts n’est pas la panacée. On a pensé, par ailleurs, à conserver l’état de santé des enfants, par un apport complémentaire d’oligo-éléments indispensables.

Le fait de se rendre à l’école ne garantit pas l’instruction. Élargissons