Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Le siècle de la science et de la raison

Pour Marie, ma fille

   C’est un grand édifice rationaliste que construit le XIXe s. Alors que la raison métaphysique semblait condamnée, par la critique de Kant, le rideau s’ouvre sur l’âge de la richesse de la raison.

Avec Hegel la raison devient compréhensive, et de plus nous sommes en capacité d’intégrer l’irrationnel. L’histoire fait question ; son sens et sa finalité interrogent les philosophes du XIXe siècle. Il ne s’agit plus d’accueillir un simple récit du passé, mais d’observer le déroulement de l’évolution de l’humanité sous des angles divers, tout cela en vue de faire émerger un sens de l’histoire. Ainsi la Révolution vient elle au cœur de la réflexion. Hegel passe en revue tous les journaux chaque matin. L’unité des diverses approches prend place sous le signe d’une idée de la raison, une grandiose explication du monde, la volonté de saisir l’univers sous la forme d’un tout et d’inscrire la dynamique d’un système.

Dans le même temps se développe l’individualisme dont Lévinas rendra Kant responsable. Kant a parlé “d’absolu de la liberté”. Lévinas montrera que la liberté est conditionnée,