Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il est aujourd'hui Directeur du Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne.

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • Dernier paru : À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  •  

Dernier article :

L'Evangile en liberté, selon Jean Lavoué (Le Passeur éditeur)

Jean Lavoué est un penseur laïque, s’inscrivant  dans le sillage de Jean Sullivan et de Marcel Légaut (cf. " Un homme de foi et son Église ")

   La nouvelle Pentecôte

Ce n'est pas à fusionner en un tout le plus grand nombre d'adeptes qu'œuvre l'Esprit, mais bien plutôt à envoyer jusqu'aux extrémités de la terre chacun de ceux qui auront fait l'expérience existentielle et vitale du Souffle saint qui agît en eux. L'intuition conciliaire de l'enfouissement du levain dans la pâte du monde reste forte et c'est en prenant le parti délibéré du pluralisme que l'on peut donner à l'Évangile la chance de fleurir à nouveau. Comme l'a bien démontré Claude Geffré, universalité n'est pas synonyme  d'uniformité.

La voie de la contemplation, voie d'humanité, est le champ par excellence où les différentes traditions peuvent et doivent s'ouvrir les unes aux autres. "Le contraire de la contemplation, ce n'est pas l'action, mais le souci qui étouffe la parole et appesantit l'intelligence. La contemplation ne consiste pas à ne rien faire, mais à faire toute chose devant Celui qui appelle à être ce qui n'est pas" (Règle des diaconesses de Reuilly).

Les traditions d'Orient insistent sur la maîtrise du corps et du souffle, sur l'abandon et le lâcher-prise tendant vers la présence à soi-même et au monde. 

C'est ce qu'ont su pressentir des chercheurs comme Alexis Carrel: "Les simples ressentent Dieu aussi facilement, aussi naturellement que la chaleur du soleil ou le parfum d'une fleur. Mais ce

Agenda

Version imprimableSend by email

L'équipe de Questions en Partage vous souhaite, à tous et à chacun, un bel été !