Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il est aujourd'hui Directeur du Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne.

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Les nouveaux ayatollahs

Pour Philippe Weickmann, en hommage amical

   Parce qu’ils écrivent sur du papier public, parce qu’ils se savent écoutés dans le poste, les journalistes s’octroient l’accès à la position dominante des nouvelles féodalités qui ne disent pas leur nom. En fait, ces autorités usurpées, plutôt que de dire ce qu’il en est des choses, de la politique, de la société, de l’histoire, prétendent ce qu’il doit en être. Ils vous abreuvent de leurs idées, vous imposent leur pensée plutôt que de vous donner à penser. Ces nouveaux donneurs de leçons se déclarent experts en tout, des évolutions sociales comme du reste. Ça impressionne toujours les quidam et ça dispense les beaux-parleurs de présenter des analyses qui tiennent debout. Derrière eux, le beau monde qui se hausse du col emboîte le pas : des acteurs, des chanteurs, des sportifs, des m’as-tu vu, bref des gens qui font peser du poids de leur prestige leur point de vue sur des secteurs qu’ils n’ont jamais foulés ! 

Mais le pire est dans l’exclusion radicale et spontanée des gens qui ne leur ressemblent pas, qui n’épousent pas leur moule, politique ou religieux, qui ne rentrent pas dans le rang, dans ce que les interviewers définissent comme politiquement correct. 

Agenda

Version imprimableSend by email
L’équipe de Questions en partage vous souhaite un bel et bon et joyeux été