Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Le Grand Journal commence à brûler

Pour Bernard Touchot, avec amitié

   On avait bien senti que l’équipe d’Antoine De Caunes éprouvait quelque difficulté après le départ du timonier Michel Denisot. De Caunes n’a pas réussi à endiguer la baisse d’audience amorcée peu après son arrivée. L’audience continue de chuter. Jugez plutôt : 1 million 200000 téléspectateurs chaque soir de l’ère Denisot, 915000 lors de la 1ère de Maïtena Biraben lundi 7/9, 611000 le 4ème soir !

Que s’est-il passé ? Déjà l’an dernier on avait observé un petit couac à la rentrée : la truculente miss météo Doria Tillier, qui avait enchanté les téléspectateurs l’année précédente, était remplacée. La succession était délicate. La présentatrice “ramait”. Au point qu’il a fallu, au pied levé, trouver d’urgence une autre formule. De son côté Jean Michel Aphatie n’avait plus qu’un rôle de figurant alors que deux ans plus tôt ses analyses politiques faisaient le délice des auditeurs, même s’ils s’en distanciaient, car J.M. Aphatie ne fermait jamais les portes. La compétence de Natacha Polony, tout comme celle d’Augustin Trapenard, avait de quoi rassurer. L’auditoire pourtant continuait de décliner.

Qu’est-il advenu ?