Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Des hordes de voyous piétinent notre mémoire

Pour Claude Geffré, en souvenir de notre inoubliable périple en Syrie

   Daesh est entré dans Palmyre. Tuant plus de deux-cent cinquante personnes. Et une fois de plus, l’un des plus précieux joyaux de l’histoire de l’humanité, né sous le roi Salomon, risque d’être réduit en poussière. Par la bêtise, “la sainte ignorance”, pour reprendre l’expression d’Olivier Roy. Savent-ils seulement, ces ramollis du cortex, ce qu’ils veulent détruire ?

Un demi-siècle avant J.-C., déjà les caravanes venant de La Mecque font étape à Palmyre. Il faut attendre l’empereur Tibère (mort aux ides de mars 37) pour que Palmyre soit une province annexée à l’empire romain.

   C’est au IIe siècle surtout, que Palmyre se développe, sous l’empereur Hadrien. La ville est connue pour sa splendeur. Elle devient colonie romaine au début du IIIe siècle. Une garnison de soldats de l’armée romaine y est installé. 

Mais si le IIe siècle apparaît comme l’époque d’enrichissement de Palmyre, ce IIIe siècle est marqué par les difficultés que lui cause l’arrivée au pouvoir des Perses Sassanides, en Iran, et dont la troisième dynastie va dominer une vaste région comprenant tout à la fois l'Iran, l'Iraq, l'Afghanistan,