Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il est aujourd'hui Directeur du Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne.

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Gaudium et spes a changé notre regard sur le monde

Pour Jean-Manuel Richier, cette courte réflexion en réponse à notre dernier échange amical

   L’encyclique Gaudium et Spes, résultat du travail des pères durant les 4 sessions du concile, est la la réponse la plus explicite au vœu de Jean XXIII : instaurer un dialogue entre l’Église et le monde de notre temps. Ce texte souligne l’esprit de Vatican II qui a donné au mot "monde" un sens anthropologique qu’il n’avait pas auparavant. 

Auparavant le monde était considéré comme le cadre neutre dans lequel se déroule l'histoire du Salut, ou même parfois comme un obstacle à la grâce, obstacle que l'emprise du Salut devait d'abord dénoncer. 

Auparavant on acceptait le monde tel qu’il se présentait. On s’accordait autour d’un certain consensus, acceptant tout ce qui advient comme naturel ; on consentait à la passivité, sans l’idée que nos propres talents pourraient se donner la mission de le transformer. 

Le monde, c'est le projet global des libertés humaines dans un temps donné de l'histoire; non pas une réalité statique, mais une création qui est le fruit de la projection des libertés humaines, de leurs interrogations, de leurs projets, et principalement celui de mêler son histoire propre à l’histoire de son temps pour participer à la réalisation d’une totalité humaine.

Gaudium et Spes estime qu'il y a solidarité entre ces deux réalités distinctes que sont le projet global du monde et l'agir du Salut, qu'il y a convergence entre la réalité du monde et

Agenda

Version imprimableSend by email
L’équipe de Questions en partage vous souhaite un bel et bon et joyeux été