Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

Il y a 10 ans, Paul Ricœur...

Pour Sylvie Queval, en hommage amical

   Le 20 mai 2005, c’est comme si le ciel s’était tout à coup couvert. Paul Ricœur nous quittait. Jean Greisch avait écrit que les fenêtres de sa pensée étaient ouvertes sur le monde entier. Ce soir de mai, manquait à la veillée un interlocuteur de taille pour disserter des grands débats du siècle.

Son itinéraire, complexe, partant d'une position «existentialiste», héritée de ses maîtres Karl Jaspers et Gabriel Marcel, l’avait conduit à la phénoménologie. Il avait abouti à une méditation sur la mémoire, l'histoire, le pardon et la réconciliation. P. Ricœur, à la différence de nombreux penseurs, avait embrassé tous les grands domaines, de la psychanalyse à l’herméneutique, en passant par l’épistémologie, la philosophie analytique, la morale et l’éthique. Avec lui on avait affaire à une sorte de “décathlonien” de la pensée, poussant jusqu’à un remarquable commentaire de la Bible, avec André LaCocque. 

Très tôt orphelin il part pour Rennes où, à 14 ans, marqué par la condamnation de Sacco et Vanzetti, il s’intéresse à la philosophie. L’agrégation en poche il enseigne à Saint-Brieuc, puis