Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

La conscience moderne s’interroge

Pour Gilles et Mathilde de Baudus, en hommage amical

   Si l’on ne peut concevoir la transmission du langage chrétien sans ré-interprétation créatrice, celle-ci sera nécessairement conditionnée par ce que nous avons considéré comme notre expérience historique. Au cœur de l’histoire présente, nous pouvons discerner un certain nombre de ruptures, brutales autant que récentes, qui appellent la réflexion éthique. Ainsi la mutation numérique, les mutations géopolitique, écologique, la désertification et la déforestation, et par-dessus le marché la révolution génétique, la mainmise sur les mécanismes de la vie, le « transhumanisme », qui voudrait corriger les ratés de la création.

Tous ces bouleversements se présentent comme des « signes de ce temps » qui remettent en question une lecture trop paresseuse de nos textes fondateurs.  

Encore aujourd’hui, on sait à quel genre d’absurdités peut conduire une lecture littérale de la Genèse telle que la pratiquent certains fondamentalistes. Mais il y a d’autres « affaires Galilée » qui n’ont pas encore trouvé leur issue. Au-delà de la Parole de Dieu dont témoignent nos Ecritures-sources, Dieu continue à nous parler à travers les appels de la conscience humaine et des grands événements historiques, scientifiques et culturels de chaque époque. Parmi les signes des temps qui font partie de notre expérience historique, il nous faut distinguer les états de conscience nouveaux de l’homme moderne et les expériences révélatrices ou les indices de transcendance qui sont comme une anticipation d’une donation gratuite venue d’ailleurs.