Accueil

Présentation

Version imprimableSend by email

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus

Dernier article :

La foi : conversion ou connaissance ?

Pour Andrée Canovas, en hommage amical

   À y regarder d’un peu près, les Écritures rapportent plusieurs catégories de foi. D'une part, la foi qu’en Grec on appelait métanoïa, i.e. la foi de conversion, celle d'Abraham (Paul la loue en Romains 4), celle que les Apôtres suscitent (Actes 3, 38) dans leur prédication ; d'autre part, la foi en des enseignements ("croyez à mes paroles"), la foi en laquelle s’origine « la doctrine » de l’Église. L’acte de foi fondé par ces deux approches, se construirait donc sur une structure dialectique.

Luther a opposé la foi qui enseigne et ne convertit pas, à la foi-confiance au Christ qui sauve du moment qu’en lui la vie se projette par adhésion à sa résurrection. Le théologien suisse Emil Brunner, lui, assimilait la foi des catholiques à un « tenir-pour-vrai » (ce que l'Eglise enseigne infailliblement) ; pour les réformés, la foi est une « rencontre de personnes ». 

On n’entend guère de convertis déclarer : « en me convertissant, j'ai adhéré à vos vérités, aux enseignements de l’Eglise ». On entend plutôt : « j’ai rencontré Jésus-Christ, Dieu est désormais au centre de ma vie ; j'ai opté pour l’Évangile. » Une décision absolue a été arrachée dans l’existence du converti, dont dépend toute la signification de son existence. Selon les philosophes de la religion, tel Kierkegaard, la foi ne s'intéresse pas d'abord aux dogmes, aux articles de foi que les chrétiens rassemblent dans le Credo ; ce qui constitue le noyau de la foi, c'est la rencontre bouleversante d’une personne, venue très tard dans l’histoire des hommes, qui s’est interprétée comme l’Événement de l’histoire, qui a été condamnée, qui a souffert la crucifixion, qui est morte et qui est ressuscitée. Le converti, c’est Abraham, qui quitte tout pour aller vers le chemin qui lui est montré… Le credo est la formulation conséquente de la rencontre de Jésus-Christ.