Actualités

Regard sur une culture d’incertitude

Pour Jacques de Saint-Exupéry, en hommage amical

       Il arrive encore que certains se réjouissent de la vitalité des traditions religieuses et applaudissent à l’essor du dialogue interreligieux. 

Cet engouement ne vérifie pas l’observation que l’on peut faire d’une lecture sérieuse de notre expérience historique présente, surtout en Occident. Car on ne peut pas occulter la sécularisation, ayant entraîné l’indifférence religieuse massive de beaucoup de nos contemporains. Et la conscience aigüe d’un pluralisme religieux irréversible ne fait que renforcer le scepticisme et l’agnosticisme de beaucoup. Surtout en Europe, où nous sommes sous le signe d’une culture symptomatique d’une crise générale de la vérité, débouchant sur ce que l’on peut appeler une culture d’incertitude. Le pape Benoît XVI, alerté par cette crise de la vérité, n’a cessé de dénoncer ce qu’il a appelé la dictature du relativisme, craignant que le pluralisme devienne une idéologie qui s’appuierait sur la conviction que tout se vaut. En effet, sous le prétexte peureux ou démagogique de respecter l’authenticité de chacun, toutes les opinions sont recevables et l’on est tenté de relativiser toute norme objective et toute hiérarchie de valeurs. 

Pages