Actualités

« De quel bord êtes-vous donc ? »

À tous ceux qui s’interrogent…

   Les campagnes politiques qui s’annoncent reprendront, c’est probable, les accents  tonitruants que les harangues populistes croissantes savent exploiter, croyant pouvoir exciter l’espérance des faibles à leur avantage.   

La vie politique française, comme celle des voisins, s’est complexifiée. Il était jadis plus aisé qu’aujourd’hui de se définir « de droite », légitimiste, ou bien orléaniste ou encore bonapartiste. La Ve République, sans qu’on puisse l’en accuser, a vu se réveiller d’autres droites aujourd’hui, nationalistes, xénophobes, populistes, affectant, à l’instar de l'adversaire, les mêmes envolées lyriques, les petites phrases cyniques, révolutionnaires plutôt que réformistes, éruptives, nourries des commentaires médiatiques de sans-culottes vindicatifs. 

Vers qui ou vers quoi allons-nous pencher ? Vers le mercantilisme colbertiste, ou bien la réduction de la dépense publique ? Briguera-t-on la privatisation ? Aspirera-t-on à la réduction du pouvoir des syndicats ? Se voudra-t-on girondin plutôt que jacobin ? Ou bien social-démocrate, attentif à l’éducation et à la justice sociale ? Par quelle longue vue est-on prêt à regarder le monde ? En épousant l’attrait de Michelet pour les Lumières, ou bien celui du libéralisme d’un Tocqueville ?

Pages