Alexandrie, phare du christianisme naissant

Version imprimableSend by email

 PourYves et Marie-Lou Giorello, en hommage amical

   Alexandrie,  port important de la Méditerranée, que le phare a rendue mythique, est née de l'ambition démesurée d’Alexandre le Grand. On pense qu’au IIIe siècle plus d’un demi-million d’habitants la peuplaient. C’est le carrefour d’un marché commercial important entre l’Afrique et l’Asie. D’autre part, la vie intellectuelle y est dense. Tous les courants philosophiques et religieux s’y rencontrent.

 

C’est là que le roi et pharaon Ptolémée II (1) a fait de son royaume un foyer de la culture hellénistique. C’est pour la diaspora juive, restée en Asie mineure après la libération par le Perse Cyrus des juifs de l’exil, que Ptolémée II, vers 250 avant J.-C., demanda aux juifs d’Alexandrie de traduire en langue grecque l’Ancien Testament, afin que leurs coreligionnaires d’Asie puissent avoir accès à la Torah. La communauté juive était importante à Alexandrie, et jouissait d’une administration qui lui était propre. Cette traduction porte désormais le nom de Septante, à cause des soixante-dix traducteurs juifs d’Égypte qui participèrent à la tâche. Ptolémée II avait développé à Alexandrie la plus prestigieuse bibliothèque du monde qui abritait sept cent mille ouvrages (2), écrits sur des rouleaux de papyrus. Tous les manuscrits arrivaient par bateaux à Alexandrie. La bibliothèque rassemblait tant d’œuvres de savants et de philosophes qu’elle allait devenir une université. 

 

Hélas, en 48 av J.C., César et ses Romains mettent le feu au port, et une partie des ouvrages se consumera dans l’incendie (3).

 

C’est à Alexandrie qu’est né le philosophe Philon, conscrit de Jésus de Nazareth puisque Philon est né12 ans avant notre ère. Passionné par le Livre de la Genèse, il le commente, avec la perspective de dégager les points de convergence du Livre avec la philosophie grecque. Philon fera beaucoup de disciples en ce sens à Alexandrie.

 

Si l’on en croit Eusèbe, évêque de Césarée, l’Église d’Alexandrie est l’une des premières Églises fondées, peut-être même par l’évangéliste Marc : “On dit que ce Marc dont l'Évangile nous est parvenu et qui était le compagnon de Pierre, fut le premier, envoyé en Egypte, qu'il y prêcha l'Évangile qu'il avait composé et qu'il établit des Églises d'abord à Alexandrie même.” Cette Église aura fort à faire avec tous les ressortissants gnostiques qui pénètreront à Alexandrie entre 120 et 130. 

 

 

Clément, Origène, Athanase vont être les grandes figures de cette cité emblématique du rassemblement des cultures juive, hellénistique, romaine et chrétienne. 

 

Gérard LEROY, le 21 mai 2013

 

  1. surnommé Philadelphe, “qui aime son frère”, ou sa sœur.
  2. Pour donner une idée de l’importance de cette bibliothèque avant qu’elle ne soit incendiée, rappelons que la Bibliothèque Nationale, la BNF François Mitterrand, à Paris, contient 14 millions d’ouvrages.
  3. En 1988 on posa la première piere de la nouvelle Bibliotheca alexandrina dont l'ouverture s'est faite en octobre 2002.