Charlie, et maintenant...

Version imprimableSend by email

   Au désarroi causé par la haine assassine a répondu, dimanche, le murmure d’une foule encore meurtrie, entassée, solidaire, se mouvant lentement dans les rues de France pour dire des choses qui rassemblent. 

Dans chacun des cœurs, à parts inégales, se bousculent la compassion, la révulsion, la révolte et, pour quelques uns déjà, les questions constructives visant à maîtriser les élans destructeurs. 

Si les moments terribles que nous venons de vivre nous ont, un moment, cloués, il nous faut nous relever, comprendre et accepter que chacun est la goutte d'eau, ce presque-rien indispensable à l’océan, capable de choisir et de s’engager pour la vie ou de décider de son anéantissement. 

Est-on conscient de la puissance qui est en nous ? Ignorons-nous, ou voulons-nous ignorer qu’elle nous rend responsables ? Ne fermons pas les yeux sur ce qui est entre nos mains. 

De toutes les menaces qui nous convoquent j’en retiens deux qui m’apparaissent susciter des initiatives qui pourraient être décisives. Ces deux menaces sont la métastase du djihadisme, et la montée de l’islamophobie. Ces deux fléaux sont marqués de l’ignorance, l’ignorance d’une religion que prennent comme alibi des voyous qui la méconnaissent totalement, et qui reçoit l’injurieuse critique de va-t’en-guerre aveugles. 

Savoir sans réfléchir est vain. Mais le contraire est dangereux. Retenons la synthèse forte de la déclaration du Président français de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix,

Ghaleb Bencheikh : “L’éducation, l’instruction (...) sont les maîtres-mots combinés à la culture et l’ouverture sur le monde avec l’amour du beau et des valeurs esthétiques pour libérer l’esprit de sa prison, polir le cœur et l’assainir de tous les germes du ressentiment et de la haine.”

Il importe, vis à vis de ce spectre funeste, d’organiser la tâche immense mais exaltante contre la méconnaissance de l’islam, de l’islamisme, du wahhâbisme, et de réfléchir aux conséquences désastreuses de l’islamophobie.

J’en appelle aux associations, aux ONG, et particulièrement à la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix dont c’est le rôle, de réfléchir à la mise en place de cellules qui ne seront véritablement prédictives qu’en incluant l’instruction du fait religieux et l’éducation au respect de la vie, de l’autre, de la paix entre nous.  

Nous avons du pain sur la planche.

 

Gérard LEROY, membre du Groupe Interreligieux pour la Paix de Narbonne, le 12 janvier 2015