Histoire

Géopolitique de la Palestine au seuil de l'ère chrétienne

Pour l'ami Hervé-élie Bokobza (1)

Tout part des Philistins, ce petit peuple d’origine crétoise arrivé dans la région vers le XIIeme siècle avant notre ère, qui fut repoussé vers cette contrée au bord de la mer, au nord du Sinaï, qu’on appelle aujourd’hui “la bande de Gaza”.

Outre cette ville de Gaza les Philistins fondèrent, plus au nord, Askelon et Ashod, et donnèrent leur nom à cette région côtière où ils s’installèrent. C’est de leur nom qu’est dérivé, sous sa forme latine, le nom de “Palestine”.

Les Philistins ayant désigné leur territoire, la Palestine s’étend d’abord à Canaan. Des débuts de la royauté qui voit le pays s’unifier jusqu’à l’arrivée des Romains, autrement dit de Salomon jusqu’à César, Canaan s’appelle “Palestine”.

Les Romains arrivant, entendirent sous ce terme toute l’étendue comprise entre la Mer Méditerranée et le Jourdain.

Depuis la plus haute antiquité, ce territoire appelé  Palestine est habité, ou plutôt fréquenté par des nomades sémites (2), provenant de couches diverses, qui s’y fixent dès le IIIe millénaire. Vers le XVe siècle av. J.-C., les Hébreux chassent les Cananéens (ou Phéniciens) pour s’installer dans la terre qui avait été promise à leurs pères; ils le font au nom de l’alliance voulue par Dieu avec Abraham, puis avec son fils Isaac, et avec le fils d’Isaac, Jacob. Ces gens ont la conscience d’être le peuple unique élu par Dieu pour vouer un culte au Dieu unique.

Les spécialistes sont loins d’être catégoriques sur l’origine du peuple Hébreu. On penche néanmoins pour un rapprochement avec une tribu nomade qu’on appelait, vingt siècles avant J.-C., les Apirû. Moins à cause de la similitude phonétique des termes “hébreu” et “apirû”, qu’à cause de la parenté du terme “apirû” et de la racine ‘avar qui signifie "passer", permettant d’interpréter la vocation de ce peuple consistant à “faire passer” de l’ignorance païenne à la révélation du Dieu unique.

En parlant de ce peuple c’est bien sûr à Israël qu’on est amené à penser, Israël dont l’étymologie signifie “en face de Dieu”.

C'est à partir du IXe siècle seulement, sous l'hégémonie des Assyriens, qu'est attestée l'existence

Pages