Histoire

L’invention de l’écriture

Pour Yves Giorello, en hommage amical

   C’est au cours du IVe millénaire avant J.C. que les Sumériens et les Egyptiens mirent au point la première écriture. Mais déjà bien avant, 8 000 ans avant J.C., en Syrie, on dessinait sur des jetons en argile tout produit qu’on voulait échanger, soit un mouton, une mesure de blé, ou une amphore etc. Vers 3500 avant J.C., en Mésopotamie, on ajouta à ces symboles la quantité qu’on voulait échanger. Ainsi tous les produits agricoles étaient représentés grâce à un dessin, un pictogramme, ou par un symbole conventionnel, un idéogramme

Les premiers écrits Mésopotamiens datent de la fin du IVe millénaire. Puis, vers 3000 ans avant J.C., d’autres signes furent introduits pour désigner un son, un phonogramme. À peu près dans le même temps, apparaissait en Égypte l’écriture “hiéroglyphique”. Le terme de hiéroglyphe est Grec et signifie “écriture sacrée”, l’écriture étant, pour les Egyptiens, un cadeau divin. L’écriture hiéroglyphique était à la fois phonétique, figurative et symbolique. Elle à été utilisée de la fin du IVe millénaire avant J.C. jusqu’au IVe siècle de notre ère. 

Vers 3000 avt J.C., au temps du déclin des grandes cités de Kish et d’Uruk, en Basse-Mésopotamie, les textes racontent “Les lamentations sur la destruction d’Ur” (Chaldée), ou “Gilgamesh et Agga de Kish”. Les documents sont essentiellement des tablettes d’argile couvertes de caractères cunéiformes où sont consignées, sur des milliers de tablettes sumériennes, les transactions commerciales, les actes juridiques et administratifs des Sumériens, ainsi que des œuvres littéraires qui nous renseignent sur leur religion, leur morale et leurs comportements.

Pages