Il ne suffit pas de savoir faire...

Version imprimableSend by email

 Encore faut-il le faire savoir.

Un prince possédait une splendide pierre précieuse somptueuse et sublime. Un jour cette pierre fut rayée. Le prince en fut bouleversé et convoqua tous les artisans joailliers de la terre. Un à un. Aucun ne parvint à effacer la rayure. Arriva alors dans la contrée un tailleur de pierre. En désespoir de cause le prince s’en remit à ce tailleur de pierre. Lequel tailleur de pierre, usant de son art avec grand soin, tailla dans le diamant une rose superbe, une rose dont la tige avait été ciselée sur l’égratignure. La pierre précieuse devint alors le plus beau des diamants, plus beau encore qu’avant qu’il ne soit éraillé. 

Tous les gens de la cour rapportèrent ce miracle, et la nouvelle se répandit sur toute la contrée.

Les gens de la cour, aujourd’hui, se sont groupés, afin de faire connaître le tailleur de pierre au-delà des frontières. Ils battent la campagne et s’en vont diffuser, enseigner, citer, relater, colporter, informer, révéler, dévoiler, signaler, bref raconter l’histoire de ce tailleur de pierre à des pays qui s’appellent aujourd’hui Google, Facebook, LinkedIn ou Twitter. Ils font ce qu’ils appellent des campagnes webmarketing.

Ils ne s’en tiennent pas là. Les contacts qu’ils favorisent ou établissent, ils les gèrent, ils les suivent, et veillent régulièrement à les maintenir à jour. Les tailleurs de pierre modernes, leurs clients, les joailliers, les princes convoitant les ores, aujourd’hui s’appellent news, mutuelles, restaurants, développeurs de catalogues de photos en ligne, agences de décoration, agronomes, organisateurs de développement international, villes de France et d’ailleurs... , bref des chefs d’entreprise, petites ou grandes, pas des geeks, non, mais des gens qui veulent faire connaître leur marque, ici, en France, ou à l’étranger. Ils sont à Bordeaux, à San Francisco, à Munich, à Budapest, à Istanbul, à Shanghaï,…

Je vous le confie, c'est entre nous mais vous pouvez le répéter, j’ai confié la création, le développement, le suivi de mon site, « Questions en Partage » au Directeur Marketing de Cybelimage. Celui-ci m’a apporté l’indispensable à savoir, et les exigences à suivre. Aujourd’hui, ce site qui présente des articles sur l’actualité, l’histoire, des réflexions d’ordre théologique ou philosophique, quelques vidéos et 150 émissions de radio, est visité plus de 20 000 fois par mois. Et la fréquentation ne cesse d’augmenter.

La particularité des pilotes de Cybelimage s’inscrit dans leur conviction qu’il y a une nouvelle façon de communiquer, imposée par la mondialisation, la multi-culturalité, nécessairement prise en compte quand on s’adresse à des entreprises internationales, par la voie des réseaux sociaux, qui sont amplifiés par les Community Managers qui améliorent leur référencement et leur notoriété.

C’est pour cela que Cybelimage recrute des Community managers dans les pays avec lesquels les marques désirent communiquer, en Allemagne, en Espagne, en Belgique,…. Ces ambassadeurs, influenceurs puissants dans le lancement d'une marque, sont les meilleurs relais qui soient. Car parler c’est dire quelque chose à quelqu’un. Ce quelqu’un est à comprendre d’abord, avant de lui parler. Or notre société pluri-culturelle n’est pas préparée à la pluralité. La diversité a toujours existé mais nous ne l’expérimentions pas. Aujourd’hui, que ce soit à  Bordeaux, à la Gare du Nord, ou à Berlin, nous croisons des gens qui ne parlent pas la même langue, qui n’observent pas les mêmes rites, ne suivent pas les mêmes rythmes, qui ne partagent pas les mêmes symboles, qui n’ont pas les mêmes réflexes culturels. La culture des ambassadeurs de Cybelimage est naturellement en phase avec ses clients.  

Cette société informatique structurée et organisée, a aujourd’hui deux ans mais profite de plus de 10 ans d’expérience de ses 2 dirigeants Agathe Cauchard et Philippe Weickmann. Elle réalise de la communication sur les réseaux sociaux, de la stratégie digitale et de la création de site Internet. Elle est appelée pour des formations pour débutants, mais également pour des cessions de perfectionnement des responsables web marketing, de sorte que les entreprises  acquièrent alors une réelle plus-value digitale. Elle est en permanence en quête d’influenceurs, d’ambassadeurs, de personnes qui portent leur regard vers le même horizon, capables de stimuler leur imagination pour déceler dans le présent les possibles ignorés, afin d’orienter vers un avenir neuf. Cybelimage conçoit, rédige, des articles de presse ou des publicités, usant de la vidéo d’images. Cybelimage anime des évènements tels que des salons, des forums, des festivals, des concerts, des opérations de street marketing,… Avec un mur de tweets sur écran géant et une équipe de Community Managers qui relaient les Marques de son panel dans le monde entier. Cybelimage rediffuse les informations propres au client sur sa communauté qui s’en trouve renforcée, et qui séduit. Cybelimage propose encore de vous constituer un staff mondial de Community Managers, guidé depuis son siège à Bordeaux. En conséquence de tout cela la visite sur Facebook a fini par remplacer la visite Internet.

Cybelimage opère ce qui s’appelle une transformation digitale, à partir de la prise de conscience qu’aujourd’hui se présente, s’organise, se résout, autrement qu’hier. Les outils de Cybelimage ? L’infographie, les interviews, la traduction, le référencement, les articles et les formations, et le Live tweet, qui consiste à  retranscrire un événement sur les réseaux sociaux. Ainsi une conférence, un discours, les faits marquants d’un séminaire ou d’une présentation de nouveaux produits sont-ils relayés par des community managers de Cybelimage sur les plateformes medias, reproduits dans le même temps sur un mur de tweets installé dans la salle de l’événement reproduisant les réactions émises par des membres de la communauté.

Son but ? Ciseler la pierre précieuse de ses clients de sorte qu’elle devienne la plus belle de toutes !

Gérard LEROY,  le 8 mars 2016