Interreligieux

La foi chrétienne est-elle exclusive ou inclusive ?

Pour Hélène Bellanger, en hommage amical

   En regard de la diversité des religions et de la richesse des voies de salut proposées par elles, le christianisme a, pendant longtemps, prétendu détenir la seule voie de salut. Or, le christianisme n’a ni la vocation ni la volonté de fermer la voie du salut à quiconque ferait profession d’une autre foi que la foi chrétienne. Le christianisme n’en atteste pas moins que cette voie est Jésus-Christ, qui est “le chemin, la vérité, la vie” (1). Saint-Paul écrira aux Romains : “Si de ta bouche, tu confesses que Jésus est Seigneur, et si dans ton cœur tu crois que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé” (2). N’allons pas faire dire à Paul ce qu’il ne dit pas, à savoir que ceux qui ne professeraient pas que Jésus-Christ est le Seigneur s’excluraient ipso facto du salut.

Le Christ est Unique et universel. Si cette unicité et cette universalité n’ont pas pour effet d’exclure, sont-elles inclusives?

Il n’y a pas d’autre nom donné aux hommes que celui de Jésus par lequel il nous faut être sauvés” (3). Est-ce que cela veut dire que les autres religions, parce qu’elles ne confessent pas Jésus-Christ, privent du salut leurs fidèles ?

Cette difficulté, spécifiquement chrétienne, engage les chrétiens à dépasser deux inclinations : celle qui nous porte “paresseusement” à exclure

Charlie, et maintenant...

   Au désarroi causé par la haine assassine a répondu, dimanche, le murmure d’une foule encore meurtrie, entassée, solidaire, se mouvant lentement dans les rues de France pour dire des choses qui rassemblent. 

Dans chacun des cœurs, à parts inégales, se bousculent la compassion, la révulsion, la révolte et, pour quelques uns déjà, les questions constructives visant à maîtriser les élans destructeurs. 

Si les moments terribles que nous venons de vivre nous ont, un moment, cloués, il nous faut nous relever, comprendre et accepter que chacun est la goutte d'eau, ce presque-rien indispensable à l’océan, capable de choisir et de s’engager pour la vie ou de décider de son anéantissement. 

Est-on conscient de la puissance qui est en nous ? Ignorons-nous, ou voulons-nous ignorer qu’elle nous rend responsables ? Ne fermons pas les yeux sur ce qui est entre nos mains. 

De toutes les menaces qui nous convoquent j’en retiens deux qui m’apparaissent susciter des initiatives qui pourraient être décisives. Ces deux menaces sont la métastase du djihadisme, et la montée de l’islamophobie. Ces deux fléaux sont marqués de l’ignorance, l’ignorance d’une religion que prennent comme alibi des voyous qui la méconnaissent totalement, et qui reçoit l’injurieuse critique de va-t’en-guerre aveugles. 

Savoir sans réfléchir est vain. Mais le contraire est dangereux. Retenons la synthèse forte de la déclaration du Président français de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix,

Dernier message du S.G. de la WCRP

pastedGraphic.pdf

8 January 2015

Paris and the Rejection of Violent Religious Extremism

Religions for Peace (RfP) is deeply saddened by the terrorist attack in Paris. There is no justification for this act of violence; it grossly distorts the message of Islam and is a source of anguish to all sincere believers. We note with appreciation the statement issued by the European Council of Religious Leaders- RfP (click here).

As the world's largest multi-religious coalition, we stand together in the categorical rejection of violent religious extremism that is used to justify terrorism or any other form of violence in the name of religion. This ideology is misguided, as the primary narrative of each religion is Peace-not violence. The attack in Paris is an attack on all of humanity; it debases a great religious tradition holy to 1.6 billion people and leaves us all vulnerable and insecure. Our diverse religious traditions call us to stand united in solidarity with the dignity, vulnerability and well-being of the "other," with the full force of our respective spiritual and moral teachings.

As religious leaders, we accept a special responsibility to reject, condemn and take action against violent religious extremism. We are committed to mobilizing the great resources of our respective religious traditions to take action together to help overcome it. Following the Abu Dhabi Statement (click here), co-issued by RfP and the Forum for Peace in Muslim Societies, which categorically condemns all forms of violent religious extremism, we have created a multi-religious, multi-stakeholder plan to counter violent religious extremism. Through the cooperation of religious communities, governments, intergovernmental bodies and other civil society actors, it will be

Pages