La facétieuse élection d'un pape au Moyen Âge

Version imprimableSend by email

Nous sommes en 1316, le 5 juin. Le roi Louis X Le Hutin vient de mourir, ne laissant aucune volonté relative à la régence, ni en faveur de la reine Clémence de Hongrie, son infortunée épouse, ni au bénéfice d’aucun autre, au grand dam de l’oncle, Charles de Valois, frère de Philippe le Bel, qui se prévaut de droits illusoires.

Le pape Clément V est mort deux ans plus tôt, près de son siège d’Avignon. Et le comte de Poitiers, Philippe, frère de Louis le défunt roi, parcourt le Lyonnais, dans le but de rassembler les cardinaux qui ne parviennent pas à se décider pour trouver un successeur au pape Clément.

Trois partis de cardinaux s’affrontent, qui embrouillent le conclave depuis deux ans. Le parti gascon, le plus nombreux, mais n’atteignant pas la majorité requise des deux tiers, est divisé. Les dix cardinaux gascons qui se chamaillent la prévalence, se trouvent unis pour le maintien du siège pontifical à Avignon. Le parti des Italiens compte huit cardinaux, tous déterminés pour un retour de la papauté à Rome. Le parti provençal enfin, composé de six cardinaux remuants, compte dans ses rangs un quercynois de Cahors, Jacques Duèze, évêque d’Avignon en 1310 avant que de revêtir la pourpre cardinalice à la tête du diocèse de Porto en 1312.

C’est tous ces gens qu’est allé rencontrer Philippe de Poitiers, et surtout Jacques Duèze, avec lequel il entretient une convergence de vues servant leurs intérêts de carrière respectifs, ce qui les rapproche.

* * * 

L’élection d’un pape est nécessaire au royaume et à son roi. L’attente n’a que trop duré. Philippe de Poitiers décide alors de faire clore les portes de Lyon. Ce matin-là, tous ceux qui avaient quelque affaire en ville se voient refoulés par les gardes royaux. Tous ceux qui voudraient en sortir sont retenus : “Ordre du comte de Poitiers !”. Comme on dirait : “Ordre du roi !” Le roi est mort. Sans héritier. N’est-il pas concevable que l’aîné des frères lui succède ? En tout cas Philippe de Poitiers n’a pas attendu que la couronne lui soit remise pour adopter une attitude royale en bien des sujets. Pour son entourage il est régent de droit. Il n’a plus qu’à convaincre le reste du royaume, ce qu'un habile stratagème de Philippe réussira en écartant l'oncle Charles de Valois. À Lyon, Philippe joue à la maison. Une maison qu’il a coupée de toutes relations avec l’extérieur.

Toutes les langues lyonnaises propagent alors les rumeurs les plus folles. Le plus atteint par cette mesure, est sans conteste l’archevêque de Lyon, qui bénéficie du primatiat des Gaules qui lui a été avait conservé lors du rattachement de Lyon à la France 4 ans plus tôt (1) , et qui craint de devoir abandonner ce titre au profit de l’archevêque de Sens et de Paris.

Philippe de Poitiers mobilise sept cent hommes d’armes, pas moins, avec mission de maintenir tous les cardinaux en ville, sans laisser s'en échapper un seul. Dans le même temps, il multiplie les entretiens avec ce Duèze qui lui paraît le plus apte à conduire les affaires de la chrétienté, et apte de surcroît à fournir au royaume de France les meilleures garanties au Trésor royal. Car la finance est au premier rang des soucis royaux dans cette élection papale qui tarde. La taxe royale qui porte sur les bénéfices ecclésiastiques ne peut être encaissée tant que l’Église manque d’un pape ! Et le Trésor s’en ressent d’autant plus que la gestion de Louis X avait été désastreuse.

Duèze, soutenu par Philippe, ne parvient pas à rallier les partis qui l’empêchent de se coiffer de la tiare, et le conclave reste désespérément dans l’impasse.

À Paris l’oncle de Valois, administre les affaires courantes, à l’encontre des visées de Philippe; tandis que le Duc de Bourgogne se porte candidat au trône. La France a trois régents ! Il faut à Philippe remonter à Paris au plus tôt.

Les cardinaux retrouvent espoir. Si Philippe quitte Lyon, alors la contrainte pourrait se desserrer. Les Italiens espèrent même pouvoir ramener à Rome un pape issu de leurs rangs.

* * *

Pour honorer la mémoire de Louis X on organise un service funèbre dans les grandes villes du royaume. Celui de Lyon se tient au couvent des Frères Prêcheurs, autrement dit des dominicains, dans leur église des Jacobins, au cœur d’un vaste domaine aujourd’hui rappelé par une plaque sur un immeuble de la place des Jacobins, et qui s’étendait alors de cette place des Jacobins à la place Bellecour, de la rue Confort au Théâtre des Célestins.

Tous les cardinaux apprécient l’initiative de cette cérémonie, qu’aucun ne manque évidemment, entouré de la suite pompeuse de ses gens qui en justifie l’importance. Moins attentifs à la liturgie qu’aux moindres signes de leurs voisins, ils s’observent, voire s’épient, sans manquer de noter la petite mine de Jacques Duèze tout-à-coup vieilli, traînant sa lassitude à déclencher la pitié de ses plus farouches adversaires, les Caëtani, les Colonna, tous papabiles.

L’office a une allure majestueuse et grandiloquente d’une messe de sacre. Les chantres s’égosillent, relayés par des orgues assourdissantes. C’est ce qu’avait précisément prescrit le comte de Poitiers pour le service funèbre de Lyon.

Aussitôt prononcé l’Ite missa est, les voix se taisent, le silence emplit l’église, les vantaux du porche s’ouvrent... sur un mur tout fraîchement dressé ! Philippe en avait ordonné la confection pendant cette messe dont le volume musical avait couvert les bruits de la construction. Les cardinaux, médusés, enfermés, prisonniers, joués, unissent leur colère contre le régent de France, lui promettent maintes punitions, à commencer par l’excommunication.

Le comte de Poitiers avait décidé de mobiliser ces princes de l’Église à l’élection d’un des leurs. Ils ne sortiraient qu’après y être parvenus. On autorise à chacun des cardinaux deux clercs pour son service, lui retirant tout le reste de sa suite.

Quelle réaction montre Jacques Duèze ? Une sorte d’accablement, moins due à la rouerie dont ses confrères et lui sont victimes, qu’à la crainte de ne pouvoir supporter, à cause de son âge, l’inconfort de l’épreuve. D’autant que les cardinaux sont avertis des mesures envisagées s’ils se maintiennent dans l’atermoiement. Si, au bout de trois jours ils ne se sont pas mis d’accord sur un nom, ils n’auront plus à manger qu’un seul plat par jour. S’ils s’obstinent ils n’auront plus droit qu’au pain et à l’eau.

Les vingt-quatre prélats, leurs clercs, et leurs damoiseaux se mirent à plaindre Jacques Duèze.

* * *

Un mois passe. L’été est chaud. Déliquescence et pestilence s’accroissent. Les cardinaux, dont certains commencent à se négliger, s’organisent à la va-comme-je-te-pousse, refoulant chapelains et damoiseaux vers les réfectoires. La ruse est un viatique indispensable dans ces moments-là. Les prélats se font envoyer quelques douceurs de l’extérieur, cachant souvent des missives. Les gardes ne sont pas dupes, et se font un devoir de transmettre le contenu des messages au régent Philippe, lequel peut ainsi suivre le jeu des intrigues et des alliances.

Monseigneur Duèze reste à l’écart de toutes ces manigances, marquant son indifférence pour les plats qu’on lui apporte, préférant les faire porter à l’un ou à l’autre de ses confrères. En sorte que tous pronostiquent une issue proche pour notre vieil homme.

Le damoiseau au service de Jacques Duèze l’encourage à se montrer plus affaibli encore. Le cardinal se rend comme à regret à l’un ou à l’autre des chapitres que tiennent ses confrères à l’intérieur de l’église, les entendant s’injurier comme des charretiers. Pour toute attention qui lui est manifestée il répond qu’il n’a de cesse de se préparer à la grande rencontre qui approche.

Depuis qu’ils sont emmurés, le confident du cardinal veille à lui façonner une malingre silhouette. Traîne-t-il suffisamment les pieds ? Ses joues sont-elles assez creuses ?

Le moment vient où le cardinal ne se relève que rarement de sa couche jonchée de paille. Son homme de confiance, sentant que les cardinaux se rendent à l’évidence d’une fin proche, s’en va dire à tous ces Monseigneurs que l’âge et la maladie de leur confrère poursuivent leur œuvre, que sa santé se dégrade tant qu’il n’envisage même plus de sortir vivant de ce conclave. Et tous approuvent le damoiseau lorsque celui-ci, qui aspirait aussi à sortir de ce mouroir infecte, affirme qu’il y a là une chance à saisir de suite, avant qu’il ne soit trop tard. Alors le parti des Italiens commence à se rallier à Duèze, suivi d’un Gascon, puis d’un Aragonais. Philippe de Poitiers met encore un peu plus de pression, rappelant sa promesse de détruire le toit de l’église si le dénouement se fait plus attendre. Les plus redoutables adversaires du parti provençal, le cardinal Caëtani lui-même, se rallient au parti de Duèze. Le quota des voix en vient à être dépassé quand les derniers récalcitrants s’aperçoivent qu’il serait plus opportun de rejoindre la majorité pour ne pas avoir à souffrir de représailles futures.

Au matin du 7 août 1316, moins de deux mois après que Philippe ait fait murer l’église des Jacobins, nos prélats se décident à voter. Duèze est proclamé pape à l’unanimité de ses confrères. On le voit soudain s’efforcer de marcher sans soutien. Certains croient au miracle. En peu de temps on s’aperçoit de la supercherie

L'Église avait un pape. Que le conclave tenait hier encore pour un vieillard cacochyme. Jean XXII, portera la tiare dix huit ans !

Tandis que le comte de Poitiers devint roi, en novembre. Philippe V, dit le Long, régna jusqu’en 1322.

Gérard LEROY, le 17 juin 2008

  • (1) Après avoir été contraints par le gouvernement du pouvoir ecclésiastique, administrés par les consuls élus par de riches commerçants, les Lyonnais menèrent la lutte contre l’archevêque afin d’obtenir l’annexion à la France. Le roi Philippe le Bel finit par prendre Lyon sous sa protection, en 1292.

    Vint ans plus tard, le 10 avril 1312, un traité, conclu entre la commune, l’archevêché et le roi Philippe le Bel, réunit définitivement Lyon au royaume de France.