Les Israéliens envoyés en exil à Babylone

Version imprimableSend by email

L’heure vient

L’heure vient. Elle est venue, où Israël ne peut plus retarder l’échéance du malheur qui va s’abattre sur son peuple. Le peuple va être privé de sa terre, de sa ville, de son roi, de sa liberté, de son Temple. Jérusalem est assiégée. Jérusalem s’effondre dans les flammes, ses habitants sont massacrés. Jérusalem capitule. Jérémie annonce la capture du roi, son envoi en exil, à Babylone (34, 2-3). Dieu conduira le peuple à la découverte de la seule richesse qui vaut : l’alliance avec son Dieu.

Les premiers déportés sont partis. Jérémie leur écrit. Il apprend aux exilés qu’ils sont pour longtemps dans la ville du vainqueur. À Babylone ils doivent donc bâtir, procréer, faire des affaires, participer à la prospérité même de la Babylonie. La leur en dépend. Élément important : le cœur de la nation n’est plus à Jérusalem (qu’on croyait inviolable), mais en exil. C’est là, à Babylone, que se prépare l’avenir d’Israël (24).

Car Babylone, un jour, sera détruite (51, 59-64). Et de Babylone ce peuple sortira.

Jérémie part acheter un champ dans son village, à une demi-douzaine de kilomètres au nord de Jérusalem. Sa sortie de la ville est remarquée. Des soupçons courent à son endroit. Sa politique pro-chaldéenne ne traduirait-elle pas une trahison ? Il veut simplement montrer que l’achat d’un lopin de terre signifie qu’en ces temps où tout est voué au chaos il croit en l’avenir, même aux affaires (32, 43ss).

Les Jérusalémites, eux, n’adhèrent pas. Et l’emprisonneront, dans un souterrain voûté où Jérémie croupira longtemps (37, 10-16).

Le roi Sédécias s’affole. Il quête une parole de Yahvé. Le prophète de son côté se révolte contre les sévices que lui font subir les nationalistes de Sédécias. Alors il est déplacé, dans la cour des gardes. Là au moins, il est quelque peu rassasié (37, 17-21). Jérémie persiste dans sa prédication. Alors on le jette dans une citerne. Le roi, revenu à de meilleurs sentiments, l’en fera sortir (38, 1-13). Jérémie persiste à convaincre Sédécias à changer d’attitude en se fondant sur une confiance absolue dans la parole divine que lui, Jérémie, a pour mission de transmettre.

 

Quel horizon prédit Jérémie ?

Le prophète, lui, s’est senti l’audace d’annoncer une alliance nouvelle. Et comme si l’on n’avait pas bien compris qu’elle serait nouvelle, il précise qu’elle ne sera pas comme celle du Sinaï (31, 31-33). Parce que la loi, au Sinaï, a été gravé sur de la pierre. Elle s’y est maintenue, mais sans pénétrer l’homme. Il s’agit d’une nouvelle alliance plus que d’un changement de la loi. La loi et la grâce, un jour, se rejoindront.

Jérémie chante la restauration palestinienne. Jérusalem en sera le centre religieux et son roi un descendant de David. Le livre d’Esdras, qui relate le retour d’exil, note bien que c’est la prédiction de Jérémie qui est accomplie (Esd 1, 1).

La loi ne sera plus gravée sur des tables mais sur des cœurs (31, 32-34). Là où était gravé le péché, là précisément sera gravée la loi de Dieu. Là, c’est-à-dire dans le cœur. Désormais on envisagera un Dieu tout proche. Dieu est un “Dieu avec”, comme il est “avec Jérémie”.

L’idôlatrie, ce péché si profond, encore si attaché au peuple (2, 20-25), ne pourra être enlevé que par une intervention puissante de Dieu. Il faudra que soit arraché cet attachement à tout autre recherche que celle de Dieu.

Au fond, Jérémie est le prédicateur qui s’adresse à l’homme privé de tout ce qui comble ses désirs; il le rassure : on n’est jamais blessé que d’une seule blessure : l’absence de Dieu; et l’on ne brûle que d’un seul désir : l’amitié que Dieu propose à l’homme.

La fin de Jérémie

Nabuchodonosor établit un gouverneur à Jérusalem, un certain Guédalias, ami de Jérémie (39, 14). Guédalias se soumet (comment faire autrement ?) au Chaldéen. Jérusalem vit un temps paisiblement. La récolte est abondante. Dieu serait-il derrière cela ? La tranquillité ne dure qu’un temps. À l’automne Guédalias est assassiné (41, 2). Par un commando que dirige un membre de la famille royale déchue. Un fou, un jaloux, poussé par tous ceux qui croient encore écraser les Babyloniens.

Ces fous sont les Ammonites, qui habitent en face Juda, de l’autre côté du fleuve (40, 11ss).

Le jour anniversaire de ce meurtre est célébré comme un jour de deuil en exil. Beaucoup de juifs sont découragés par ces événements. Ils cherchent en vain à capturer le meurtrier. Comme ils ne le trouvent pas ils craignent d’être soupçonnés de complicité et s’enfuient en Égypte, entraînant avec eux Jérémie. C’est en Égypte que celui-ci meurt.

 

Babel avait été puissante. Babel, un jour s’éteignit.

Après avoir repoussé les Assyriens, pris Assur en 614 et Ninive en 612, Babylone à son tour capitule.

Après Nabuchodonosor son successeur Nabonide (555-539) s'écarta de la religion de son prédecesseur. Il fut apparenté par ses origines et par son idéologie religieuse aux Assyro-araméens qui rêvaient d’une politique d’expansion, et s’opposaient ainsi aux Babyloniens dévots du dieu Mardouk (lire note), dont le nationalisme était plus étroit.

En 539, Nabonide est seul face à l’empire perse dont le roi Cyrus commande toute l’Asie Occidentale. Cyrus  profite de ce que Babylone célèbre une fête religieuse pour y faire entrer subrepticement ses hommes qui investissent le palais royal. Babylone est prise

La Babylonie devint vassale de l’empire perse. L'empire grec lui succèdera.
 

 

Gérard LEROY

  •   La Tour de Babel s’érige au centre d’une cour de 400 mètres de côté; une voie pour les processions longe les murs d’enceinte, percés de douze portes. Cette ziggurat, ou tour à étages, est un édifice cultuel , “E-témen-an-ki” en sumérien, “Temple du fondement du ciel et de la terre”, surmonté d’une chapelle où le dieu était censé descendre. Mardouk est le démiurge de la cité de Babylone, surnommé “Bêl”, le Seigneur, auquel un culte est rendu chaque année.

    La tour est faite de briques de 15 cm d’épaisseur. revêtues de briques émaillées bleues. Sa base est carrée, de 91 mètres de côté; à son sommet, qui culmine à 90 mètres, on a placé un temple, auquel on accède après avoir gravi 7 étages.

    Une inscription du roi Nabuchodonosor (605-562) sur le temple supérieur côtoie celle du roi chaldéen Nabopalassar (626-605): “J’établis à son sommet la haute demeure pour Mardouk, mon Seigneur. D’Étemenanki je rehaussai la pointe avec des briques cuites d’émail bleu resplendissant.” (cf. A. Parrot, Babylone et l’Ancien Testament, Cahiers d’archéologie biblique, n°8, Delachaux et Niestlé, pp 32-35. On notera que le récit yahviste de Gn 11 est antérieur à ces inscriptions d’au moins trois siècles. Entre-temps, la tour avait été saccagée au VIIè siècle par les Assyriens.)