Philosophie

La morale, trait d’union entre le P. Liégé et le P. Thévenot

Pour Maryline Lugosi, en hommage affectueux

     La morale, que précède l’éthique, n'a de sens qu’en vertu d’une volonté d'humanisation, ce qu’avait bien souligné le P. Liégé auprès de ses étudiants, bien avant l’excellent article de Paul Ricœur dans l’Encyclopedia Universalis : “Avant la morale : l’éthique” .

Le Père Liégé, mort en 1979, appartient à la famille de ceux qui nous ont laissé en héritage une pensée rigoureuse et féconde sur ce sujet. Il fut la référence pour beaucoup parmi lesquels on retrouve des personnalités du monde politique, diplomatique ou artistique. Il a marqué les étudiants en théologie de l’Institut Catholique de Paris - et au-delà - par la qualité unique de sa réflexion, toujours accompagnée d’une pédagogie exceptionnelle. 

Il faut remercier le P. Gérard Reynal pour sa thèse consacrée au parcours intellectuel et spirituel du père Pierre-André Liégé.

Pierre-André Liégé fut un penseur dont la théologie pastorale originale marqua les générations, et qui, à l'initiative du pape Jean XXIII fut un des conseillers théologiques très écoutés au concile. Comprendre les nouveaux rapports au monde de l'Eglise confrontée aux grands défis d'un XXème siècle bouleversé par deux conflits mondiaux a “fait surgir une personnalité hors du commun qui fera preuve de clairvoyance autant que de courage dans ses engagements”.

Pages