Philosophie

Les tâches qu’implique une idée de philosophie de la religion

   Il existe une tension constitutive de la difficulté à établir une idée de philosophie de la religion. Cette tension surgit entre le mode d’apparaître, le phénomène perçu, spécifique et irréductible de l’existence religieuse, et « les lumières de la raison », dans leur tâche notamment critique, comme mode de construction de la vérité philosophique et dont la philosophie de la religion est l'héritière. 

Une telle tension ne débouche pas nécessairement sur une impasse. Elle pose les éléments de la tâche de la philosophie de la religion, qu’il est utile de découper en plusieurs morceaux en commençant par définir l'essence de la religion. Ici, la difficulté est de rendre compte de toutes les religions. Vient ensuite le problème du sens de la pluralité des religions et de leur succession dans l’histoire. Il y a celles qu’on appelle traditionnelles, distinctes de celles qu’on nomme « révélées », classification d’où surgit alors l’incontournable problème de la teneur de vérité des différentes religions. Quelle part de vérité véhiculent-elles ? On en vient alors à conclure sur « la quête d'une hypothétique “religion absolue” ». 

Telles sont les tâches qui se succèdent dans un travail défini de recherche philosophique sur la religion. 

Ces chantiers sont évidemment tributaires de l'histoire de la philosophie elle-même, en ce que la philosophie imprime des cadres épistémologiques spécifiques et successifs. Ces réflexions peuvent varier considérablement selon qu’elles se rattachent à une philosophie informée soit par la conscience critique soit par la conscience historique. 

Pages