Qui a dit cela ?

Version imprimableSend by email

   “Une classe particulière ne peut revendiquer la domination générale qu’au nom des droits généraux de la société. Pour prendre d’assaut cette position émancipatrice et par là exploiter politiquement toutes les sphères de la société dans l’intérêt de la sphère propre, l’énergie révolutionnaire et le sentiment de la valeur spirituelle propre ne suffisent pas à eux seuls. Pour que la révolution d’un peuple et l’émancipation d’une classe particulière coïncident, pour qu’une certaine condition passe pour la condition de la société tout entière, il faut que, réciproquement, tous les vices de la société se concentrent en une autre classe ; il faut qu’une certaine catégorie sociale soit celle du scandale universel (...) ; une sphère sociale particulière doit être tenue pour le crime notoire de toute la société, de sorte que la libération de cette sphère apparaisse comme l’auto-libération générale.”

Devine-t-on qui a signé ce texte, qui inspire aujourd’hui les stratégies d’individus en quête de pouvoir ? Ne décèle-t-on pas là les agissement du hezbollah à Gaza, par exemple, mais aussi de Donald Trump, et de quelques ténors de la politique française que je vous laisse le soin de repérer ?

Ce texte est de...

Karl Marx, extrait de son ouvrage Contribution à la philosophie du droit de Hegel, publié en 1843. 

Nous en retranscrivons la page 93 de l’édition bilingue Aubier Montaigne, 1971, préfacée par François Châtelet.

Gérard LEROY, le 6 mai 2017