Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
Continuer à lire

Dernier article :

"Un an après, l’assassin court toujours..."

Pour Taïeb Bellil, en hommage amical

   En tout temps et en tous lieux les grands spirituels, maîtres de sagesse des grandes religions et des sagesses de l’humanité, amoureux et respectueux de la dignité des êtres humains, conscients de leur responsabilité devant l’Être divin, le Tout Autre, l’Infini, la Transcendance, la “Suréminence inobjectivable”, ces grands maîtres spirituels ont réprouvé la haine et condamné le meurtre. Tout homme, conscient de sa responsabilité condamne le meurtre et réprouve toute expression humiliante, offensante, blessante. L’expression est libre, d’abord dans sa capacité de contrôler toutes ses formes, qu’il s’agisse du cri, de la confidence, de l’ordre, de l’amour, de la haine, mais l’expression n’est liberté qu’en ayant estimé son impact. La liberté d’expression ne réalise t-elle pas la mise en question de soi par l’autre ?  La responsabilité originaire me lie à autrui. Aussi la liberté d’expression n’est-elle pas liberté d’agression.

Au nom de sa responsabilité, de ses convictions humanistes et/ou religieuses, tout homme ne peut que condamner les actes meurtriers, qu’ils aient été perpétrés à l’encontre de rédacteurs d’un journal, d’épiciers, de musiciens ou de leur assistance. Chaque homme est assigné à responsabilité envers autrui. C’est comme ça. Depuis toujours chacun est solidaire de l’autre.

Les cibles favorites des caricaturistes de Charlie Hebdo ont offensé des musulmans, des chrétiens, et

Continuer à lire