Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
Continuer à lire

Dernier article :

Les loups sont entrés dans Paris...

   Délaissant derrière eux leur enfance, une maman inconsolable, leurs rêves balayés par les prêches de diables déguisés en maîtres de sagesse.

L’incarnation inouïe de la violence humaine rapportée chaque jour à la une de nos journaux, confirme la fragilité de la conscience et de la raison laissées à elle-mêmes, tandis que nous ressassons avec fierté le leitmotiv de nos valeurs, au principe de la codification des droits de l’homme. Il y a loin, et le fossé ne cesse de s’élargir, entre les impératifs d’une éthique des droits de l’homme, qui tend à devenir l’ethos commun, et l’engendrement précaire d’un nouvel ordre mondial qui soit sous le signe de la paix et de la justice. 

Pauvreté, Daesh, pollution, migrations, ce monde défiguré, abîmé, sali, dévasté, ne cesse de gémir en travail d’enfantement, qu’ignorent encore les combattants à la petite semaine obsédés par des débats éphémères et futiles. Notre drame d’aujourd’hui c’est la nouvelle déferlante d’un tsunami mondial. Des hommes souffrent, des enfants meurent, des hordes en haillons se traînent sous la menace le long des routes sans fin pour fuir la dictature assassine. Tandis que le batteur d'un funeste orchestre déverse ses cartouches comme dans un solo.

Comment enrayer la spirale de la violence ?  

Notre République (sainte ?) s’établit sur une trinité placardée sur nos édifices publics : Liberté, égalité, fraternité. 

La fraternité est aujourd’hui en panne. Au-delà de l'Éducation civique et de tous ces mots pieux qui ne font pas l'alpha et l'oméga de la morale, manque à l’appel la sollicitude. Au chapitre 58 du Livre d’Isaïe, l’Oracle du Seigneur Yahvé nous invite “à rompre les chaînes injustes, renvoyer libres les opprimés, partager le pain, héberger les pauvres, vêtir celui qui est nu et ne pas se dérober devant notre frère” (Is 58, 6-7).

Commençons par nous aimer. Ici. Maintenant. Afin que l’indignation s’élève d’un seul cri, comme l’arme seule capable d’éliminer la gangrène.

 

Gérard LEROY, le 15 novembre 2015

 

Continuer à lire