Le baptême, et après ?

Version imprimableSend by email

Pour Alix, et pour Guillaume et Marie

 

Le baptême est un don. Gratuit. Autrement dit on en fera ce qu'on voudra. Parce que Dieu a voulu que l'homme soit libre.

Ceci signifie qu'il ne suffit pas que nous soyons baptisés, nous avons encore à être. Paul disait aux Corinthiens quelque chose d'incompréhensible : "Devenez du pain sans levain, vous qui êtes sans levain". Qu'est-ce que ça veut dire ? "Devenez ce que vous êtes, chrétiens, par votre identification au Christ par le baptême".

"Devenez ce que vous êtes". Nous avons à être. L'homme est projet, au devant de soi, disait Heidegger. Il est "cet être pour lequel, dans son être même, il y va de son être". L'homme a à être, dans un champ infini de possibles. Être, être pianiste, ingénieur, chargé de famille, prêtre, diacre, chrétien, ne se conçoit pas sans liberté, sans cette capacité dynamique de décider d'un projet. Celui d'une vie chrétienne n'est pas le moindre des projets.

Pour y parvenir il nous faut faire confiance. La confiance ne va pas de soi. Tout le monde aujourd'hui traverse des crises de confiance, les jeunes, les entreprises, le football, l'agriculture, les couples etc. Notre société ne déroule pas le tapis rouge.

Faire confiance sera de s'en remettre à Dieu, à un Dieu libérateur, pas à une extériorité oppressive, pas à un père fouettard, mais à un Dieu qui triomphe de la violence de l'histoire. Cette confiance ne supplée pas le courage d'être. Elle consolide la patience d'être, dans l'espérance.

Le sens de la vie chrétienne se reçoit d'une Parole que nous ne possédons pas, qui nous dépasse, et dont nous ne sommes pas maîtres, mais seulement ses questionneurs. La foi surgit au point de rencontre de cette Parole et de notre liberté. On est loin du pari absurde, ou de la projection subjective de nos désirs issus de nos angoisses. On est dans la rencontre.

Faire l'apprentissage de la véritable confiance en Dieu c'est s'apprêter à la rencontre, à découvrir le don gratuit de Dieu à chacun. Chacun est libre d'en faire ce qu'il veut.

Liberté et confiance constituent le viatique, en quelque sorte, que parrains et marraines ont à transmettre, dans l'amour attentif prodigué à leurs filleuls.

 

Gérard LEROY, extrait d'une adresse à sa petite-fille Alix, au cours de son baptême, le 1er juin 2008.