Théologie

La joie et l’allégresse - Commentaire (2/4)

   Le premier chapitre de l’exhortation du pape pose la question : « Qui est appelé à la sainteté ? » Tous !

Et pour tous la sainteté doit être accueillie comme un don, une grâce qui nous rejoint dans notre humanité pour la déployer en nous transformant. La sainteté n’est pas réservée à une élite ! Non. Elle est pour chacun d’entre nous mission sur cette terre, « pas un chemin lisse et confortable » précise le pape. « L’Église n’a pas tant besoin de bureaucrates et de fonctionnaires, que de missionnaires » (§138).

La mission est un projet du Père pour refléter et incarner, à un moment déterminé de l’histoire, un aspect de l’Évangile (§19). « La vie n’a pas une mission, elle est mission » (27).

François nous indique son cap.

Au deuxième chapitre, le pape relève deux obstacles à la sainteté. Hormis le positivisme, le nihilisme, la dictature du relativisme dénoncé par Benoît XVI, cette société est marquée par des mutations, par la mutation numérique, avec l’émergence d’Internet qui a surgi en l’absence de toute réflexion éthique préalable ; par les mutations géopolitique, l’hégémonie de l’économie, la désertification et la déforestation, la révolution génétique. À cela le pape ajoute le gnosticisme et le pélagianisme. Deux ennemis subtils. Le premier exprimant la tentation d’enfermer le christianisme dans un savoir ésotérique, élitiste et désincarné, indifférent au mystère.

Pages