Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • Dernier paru : L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
Continuer à lire

Dernier article :

Yves Marie Congar, un phare dans le XXe siècle

Pour Claude Geffré, fraternellement

   Le père dominicain Yves Congar, aujourd’hui reconnu comme l’un des plus grands théologiens du XXe siècle, a vécu de 1904 à 1995. Il a, toute sa vie, manifesté un profond attachement au mystère de l’Église, avec une indéfectible volonté de service de la Vérité dans l’Église, allant de la patience jusqu’au sacrifice. Par un approfondissement de la Parole de Dieu il a aidé les croyants à approfondir leur foi, et à comprendre leur pleine qualité de membres actifs. Ses ouvrages ont été de ceux qui ont réveillé les catholiques. Leur volume est si impressionnant qu’on peut se demander si le père Congar a lu tout ce qu’il a écrit !  

Nous devons au P. Congar le passage d’une conception de l’Église à dominante juridique à une vision eschatologique de l’Église conçue comme peuple de Dieu, corps du Christ, Temple de l’Esprit. Pour le P. Congar, le grand malheur du catholicisme moderne, est d’avoir tourné en théorie et catéchèse l’en-soi de Dieu et de la religion, sans y joindre le moment de tout cela pour l’homme. 

Ce que l’on retient, parmi tout ce qu’il y a à retenir, c’est son travail en faveur de l’œcuménisme.

Continuer à lire