Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Tendances spirituelles d’aujourd’hui

Pour le P. Loïc Molina, fraternellement

   Commençons par nous pencher sur les conditionnements socio-culturels de la communauté chrétienne et la situation de l’Église prise aujourd’hui dans un tourbillon. Nous sommes entrés dans une zone tourmentée, comme le dirait tout pilote à l’approche d’un orage, faite d’insécurité, de contestations multiples, de défections, tout cela qui rend problématique l’audience des spiritualités de type traditionnel.  

On repère quelques grandes lignes de force des tendances spirituelles contemporaines, observant d’abord la difficulté qu’éprouvent certains à surmonter ce qu’ils considèrent comme une tension dialectique entre une existence chrétienne et l’existence laïque. Cette difficulté est d’autant ressentie que l’on vient d’un monde où le christianisme apparaissait comme chef d’orchestre de toutes les mutations.

La spiritualité contemporaine, plus adulte que celle d’hier, en est arrivée à « l’âge post-religieux de la foi » (1). Le chrétien prend conscience du bouleversement, en exprimant parfois sa détresse devant devant le décalage entre les expressions traditionnelles du Mystère chrétien et l’horizon culturel de l’homme moderne. Cette vision avait jadis, dans les années 1960, amené quelques protestants américains à prétendre que la culture moderne écartait toute référence à Dieu. Le christianisme était devenu irrelevant, disaient ces gens, dont l’un d’entre eux, Thomas Altizer, avait publié un ouvrage ayant pour titre : L’Évangile de l’athéisme chrétien. Un commentaire d’un numéro du Time’s Magazine de 1963 avait titré « God is deathed ».

Continuer à lire