Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • Dernier paruEn l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savir plus

Continuer à lire

Dernier article :

Légendes mésopotamiennes (1)

Pour Laurence Zigliara, en hommage amical

   Dans les littératures Sumérienne puis akkadienne, le héros légendaire Gilgamesh, roi de Kish, est devenu le centre de récits épiques colorés par la mythologie et recueillis dans une épopée en douze chants.

C’est dans le chant XI qu’on trouve, comme une pièce rapportée, l’un des récits mésopotamiens du déluge. Le Déluge est l'un des récits les plus connus de la Bible, inspiré de celui de « L'Épopée de Gilgamesh ». Les traces les plus anciennes de ce récit invitent à en faire remonter l’élaboration jusque vers 2300 avant notre ère, à une époque où Sumériens et Akkadiens vivaient en bonne entente dans la vallée de l’Euphrate. Les luttes de l’homme contre les eaux dévastatrices et les désastres causés, sont entrés dans la légende.

Les sociétés sumériennes de la basse Mésopotamie se regroupaient alors autour de leurs temples, faisant cité. Elles aimaient évoquer leurs origines comme pour justifier leurs institutions. La représentation de l’histoire enfouie dans la mémoire s’organisait tout naturellement avant et après le déluge. Avant le déluge, des listes royales de sept à dix noms, aux longévités extravagantes, représentaient symboliquement la continuité de l’histoire, depuis le jour où la royauté, d’origine divine bien entendu, était descendue sur la terre. Après le déluge, les récits changent, les souvenirs précis se mêlent peu à peu à une représentation plus conventionnelle des anciens temps. La légende est précisément ici , chez les peuples anciens, le « conservatoire des souvenirs historiques. » (2)

Continuer à lire