Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Prochaines interventions :

  • Vendredi 8 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : « L’islam de la mort de Mahomet à l’An Mil ; de la fitna au déclin abbasside »,
  • Vendredi 22 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : «  La complexité géopolitique du Proche-Orient depuis les bouleversements du dernier quart du XXe siècle. »
  • Vendredi 29 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Ghaleb Bencheikh, Président de la fondation de l’Islam de France, proposée par le PUC de Narbonne : «  Présentation de la Fondation de l’islam de France. » 

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

La violence en question

Pour Henri-Luc, en hommage amical 

   L’homme ne commence pas par être un individu pour lui-même. Chaque communauté sait qu’elle n’est pas seule au monde, observant que ses propres valeurs qu’elle transmet à sa communauté ne sont pas partagées par tous ses membres, ni par les communautés qui peuplent ce monde. Des différences irréductibles distinguent les communautés historiques qui peuplent la planète. Au prétexte d’une mauvaise conscience de l’Occident, il nous arrive parfois de nous tétaniser de culpabilité devant le reproche qui nous est adressé de prétendre universelles des valeurs auxquelles nous croyons. Cependant, de tous temps et sous toutes les latitudes la justice libère, tandis que l’injustice opprime ; la pluralité est don, richesse, et s’oppose à la contrainte du totalitarisme ; l’égalité de l’homme et de la femme est plus prometteuse que la sujétion ; et enfin la liberté de croire, ou de ne pas croire, est plus respectueuse de la dignité humaine que la contrainte de la police des âmes, qu’elle soit exercée par les talibans ou par le KGB.

Dans son maître ouvrage, Logique de la philosophie, Éric Weil, qui n’a pas cessé de réfléchir sur le rapport de la violence à la raison, en vient à déduire que le particulier est synonyme de violence, l’universel synonyme de raison (1). Le refus de la violence s’appuie sur l’identité philosophique de l’humain, la plus vieille, la plus banale des définitions ontologiques : l’homme est un animal raisonnable. Or, nous dit Eric Weil, peut-être le vrai sens de cette définition serait moins d’établir un constat que de désigner une tâche. La définition nous renvoie en effet à ce que nous devrions être si nous voulions devenir humains. « Deviens ce que tu es… » disait saint Paul. « L’homme au sens de la science, nous dit E. Weil, doit mériter le titre d‘homme au sens humain… et la définition humaine n’est pas donnée pour qu’on puisse reconnaître l’homme, mais afin qu’on puisse le réaliser. » (2).

Or, à y regarder de près ou de loin, ses conduites sont dictées par la violence. Le philosophe, en regard de cette conduite, c’est l’homme qui ose parier malgré tout sur le pouvoir de la raison. Le philosophe, c’est l’homme qui a peur de ce qui n’est pas raison. Il sait bien que la violence ne disparaît pas comme par enchantement. Et que ce n’est pas en se voilant les yeux devant le spectacle de la violence qu’on parvient à la faire disparaitre. « La raison ne saurait être pour l’homme que dans le médium de la violence. » dit E. Weil  (3). Cependant, reconnaissons que l’incarnation inouïe de la violence humaine de notre siècle confirme la fragilité de la conscience et de la raison laissées à elle-mêmes, alors que nous restons très fiers de l’explicitation et de la codification des droits de l’homme.

Continuer à lire