Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

La couronne à virus pose question

pour Hélène et Jean-Marc Bellanger en hommage amical

   Nous vivons le présent à la manière des soldats, puisqu’on nous dit que nous sommes en guerre, qui rampent dans un tunnel dont ils voudraient bien voir le bout. L’angoisse monte. Préparée par une modernité en recherche constante de l’assouvissement immédiat de nos désirs les plus variés. Notre temps a perdu du temps son importance, il a perdu la patience, et le goût de l’effort qu’exigent le rappel fructueux de ses racines et l’espérance de ses lendemains à construire. 

Notre temps s’est imprégné de la puissance de ses sciences et de ses techniques. Il créé, à la mesure de ses projets et de sa responsabilité autonome. Il envisage la raison comme une fabrique de calculs, non pour connaître ce qui est déjà donné, mais pour créer des faits conformes à ses prévisions. Ce faisant notre temps s’éloigne de l’intérêt pour l’homme réel. En éprouvant ce vertige d’exercer le pouvoir de transformer l’homme lui-même, surgit la question de savoir si la rationalité appliquée n’est pas destructrice de quelque chose que la science est incapable d’apprécier, que certains appellent le bonheur, quelque chose qui donne à l’homme les raisons de vivre.

La science se donne de libérer notre avenir de nos contraintes présentes. Ipso facto, la prévision scientifique impose au futur d’être conforme à ce que nous voulons qu’il soit. Ce qui donne à la science d’être par essence projective et anticipatrice. Son futur est à la portée de ses calculs ; elle l’invente à partir de son présent. 

Mais le présent est en train de lui jouer des tours. Que peut la science pour notre présent infecté ? Où est notre pouvoir lorsque ces catastrophes, qui s’ajoutent à celles que nous sommes capables de déclencher(1), nous révèlent notre vulnérabilité ?

Continuer à lire