Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Il y a un an, Roger Piantoni…

Pour Bernard Touchot et Emmanuel Depernet, en hommage amical

   Il y a un an, le 26 mai 2018, Roger Piantoni nous quittait. Cette légende du football français, d’une personnalité que ses proches disaient attachante, cet attaquant incontournable de l’équipe de France de football des années 1950, reste considéré comme l'un des meilleurs joueurs de son époque. 

Sa jeunesse, Roger la passe dans la cité minière de La Mourière, près de Piennes, en Meurthe-et-Moselle. C’est là qu’il prend sa première licence, au club de foot de l’US Piennes, en compagnie de son copain Thadée Cisowski, autre gloire du foot français dont le journal L’Équipe révéla un jour la fiche de paye : 700 francs mensuels (#100 €). On était alors dans les années 50… 

En dépit d’un contrôle médical ayant repéré une insuffisance respiratoire, Roger Piantoni rejoint à 19 ans le FC Nancy, et devient le meilleur buteur du championnat de France avec 27 buts au cours de la saison 1950. En novembre 1952, Piantoni est appelé en équipe de France. En 1953, les Nancéiens de Piantoni et de Léon Deladerrière (« P’tit Léon ») disputent la finale de la Coupe de France face au Lille OSC.

Piantoni est ensuite transféré pour 250 000 francs (#38000 €) au Stade de Reims qui vient de vendre Raymond Kopa au Real Madrid. Là, Roger retrouve Just Fontaine et Jean Vincent. Le plus fameux des gauchers de l'histoire du Stade de Reims apparait alors comme le parfait pendant de Just Fontaine sur le front de l'attaque rémoise qui domine le championnat que la fine fleur du foot français remporte en 1958. 

Cette année-là, Piantoni participe avec plusieurs de ses coéquipiers rémois à la Coupe du monde de football, en Suède, où Piantoni forme, avec Just Fontaine et Raymond Kopa, un trio d'attaquants redoutables. La France d’Albert Batteux se distingue jusqu’à la demi-finale où elle doit se rendre devant le Brésil de Pelé.

Continuer à lire