Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Juda, dit « l’Iscariote"

Pour Alix et Emma que j’embrasse

   On s’explique mal le geste de Judas, pourtant condition intégrée au mystère de la mort de Jésus. « Il faut que le Fils de l’Homme soit livré » (Mt 20, 18). Il fallait donc bien que quelqu’un livre Jésus… et Jésus y consent. Qui va le livrer ? « Serait-ce moi, Rabbi ? » « Tu l’as dit », répond Jésus (Mt 26, 25). Judas est un homme sinistrement providentiel, non ?

Judas n’est pas le seul parmi les apôtres à côtoyer ou rejoindre les zélotes. Luc cite Simon le Zélote (Lc 6, Ac 1), Marc (3, 18) et Matthieu (10, 4) de même. On a estimé que Pierre pouvait lui aussi être rangé parmi les zélotes, comme son frère André. Les Fils de Zébédée, Bar Jona, sont des sicarius, des sicaires, autrement dit des tueurs à gage. L’épithète « Iscariote », déclinée du latin sicarius traduit le grec zelos, qui donne « zélé ».

La toute première génération chrétienne ignore les motifs du geste monstrueux de Judas. Jean (13, 27) décrit la Cène et le geste de Jésus leur distribuant du pain trempé et prescrivant à Judas de faire « ce qu’il avait à faire ». Avec la bouchée de pain qu’avale Judas « Satan entre en lui » dit saint Jean. Satan est un acteur essentiel de cet acte tragique.

Continuer à lire