Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
Continuer à lire

Dernier article :

La liberté au cœur du discernement

Pour le frère Charles, en hommage amical

   Parmi les questions préparatoires qui nous ont été adressées en vue du synode, l’une d’elles porte sur le discernement préalable à toute décision. La lettre Amoris Laetitia du pape François présente d’emblée la composante morale du discernement : la liberté.

Si l’homme est capacité dynamique de liberté, retenons d’abord qu’il convient d’éviter la confusion de la liberté avec la licence, laquelle tend à satisfaire les envies, quelles qu’elles soient. En revanche la liberté peut être comprise comme capacité de s’interroger, d’entrer en histoire personnelle et de formuler un projet, réalisable en phase avec l’histoire présente. « L’homme est cet être pour lequel, au dedans de lui même, il y va de son propre être » (Martin Heidegger).

Il y a des « processus de maturation de la liberté, de formation, de croissance intégrale, de culture d’une authentique autonomie » (AL 261). La grâce de Dieu se reconnaît à ce qu’elle permet un « parcours dynamique de développement et d’épanouissement ».

La dynamique du discernement s’inscrit dans une perspective reliée à l’efficience de l’Esprit-Saint. La grâce divine et la croissance humaine cheminent ensemble. Notre époque s’enivre de ses progrès au point de rallier le pélagianisme des premiers temps qui exalte la liberté humaine au dépens de la grâce.

Continuer à lire