Je vous souhaite une rentrée bonne

Pour Bertrand, Marie, Bruno, Edwige, Andrée, Philipe, Louis et Jackie

   …et vigilante. Vigilante sur l’observation que vous ferez du monde auquel nous nous mêlons, sur ce monde moderne, marqué par le positivisme, le nihilisme, la « dictature du relativisme » (Benoît XVI), mais encore par toutes sortes de mutations aussi brutales que récentes pour lesquelles nous ne sommes pas préparés, à savoir la mutation numérique, avec l’émergence d’Internet qui impose d’être connecté, et qui a surgi en l’absence de toute réflexion éthique préalable ; par les mutations géopolitiques, la toute-puissance de l’économie, la désertification et la déforestation, la révolution génétique, le transhumanisme…

Permettez que je vous livre en cette rentrée une intuition personnelle, influencée par le théologien suisse von Balthasar d’une part, qui aimait à souligner que la théologie n’a de sens que si elle est en contact avec les hommes, avec la vie, avec l’histoire. Je puise encore dans la pensée de mon ami Claude Geffré qui, lui, soulignait que toute théologie fondamentale rassemble une herméneutique de la Parole de Dieu et de l’existence humaine. Reconnaissons donc la théologie comme une science qui cherche à déchiffrer le sens des énoncés de la foi en fonction de l’expérience historique et culturelle de l’homme d’aujourd’hui. 

Continuer à lire

Pages