Liberté fallacieuse

Pour Dominique et Françoise Leviel, avec ma reconnaissance, en hommage amical,

   Notre présent est marqué par l’agressivité. La violence terroriste a débouché récemment sur une scène insoutenable : la décapitation de Samuel Paty. Cette violence n’a pas surgi brutalement. Elle était déjà prégnante sous le quinquennat précédent endeuillé par les attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et contre l’Hyper Casher de la porte de Vincennes, puis par les attaques perpétrées au stade de France et au Bataclan.

La violence sociale, quant à elle, a explosé à l’automne 2018 à l’occasion du mouvement des « gilets jaunes ».

Aujourd’hui, les manifestions grouillent un peu partout, au prétexte de la liberté d’expression, contre les mesures collectives destinées à contrer le variant delta du Covid 19. Au comportement inacceptable de certains policiers répond celui, inacceptable également, de certains manifestants. Le niveau de violence qui imprègne la société française reste dangereusement élevé. Est particulièrement visé le passe sanitaire. L’idée de  vaccination obligatoire fait son chemin, d’abord au profit – au détriment disent les anti-vax – du personnel hospitalier et des «personnes à risque», puis pour couvrir l’ensemble de la population. C’est le chiffon rouge qui excite l’ire des manifestants. Les plus enragés hurlent au totalitarisme, à la restriction des libertés publiques, au dévoiement de la démocratie, voire à la menace du nazisme.

Continuer à lire

Pages