Lettre ouverte au patriarche de Moscou

Service de presse du Patriarche de Moscou

Federation de la Russie 115191 - Moscou ul. Danilovsky Val 22

Российская Федерация 115191, г. Москва, ул. Даниловский Вал, д. 22

E-mail: ovcs@patriarchia.ru

Monsieur Vladimir Mikhaïlovich Goundiaïev

Monsieur le Patriarche Kyrill,

Qu’est-ce qui permet à l’occidental que je suis de s’adresser à l’oriental que vous êtes ? La foi en Jésus-Christ, qui nous rassemble, qui est mort pour vous et pour moi, et qui est ressuscité. Avouez que cette affaire invraisemblable n’est pas une mince affaire. C’est celle à laquelle nous croyons, vous et moi.

Il se trouve que le peuple chrétien, en France, se demande qui vous êtes Monsieur le Patriarche. On vous connaît comme intellectuel forgé par des œuvres que vous avez traduites, de Karl Rahner et d’Urs von Balthasar. On vous sait autoritaire et parfois coléreux. L’on sait encore grâce aux archives du KGB que vous avez eu une carrière d’espion, au point d’être repéré par les services secrets français en 1979 et interdit de séjour. Vous faisiez parler de vous dans les années 80, au sein de la section française de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix dont j’étais le secrétaire national.

Comme autorité vous voulez faire renaître la Russie. C’est l’objectif du Conseil mondial du peuple russe que vous avez créé en 1993. Ce faisant vous subordonneriez la foi aux intérêts nationaux. C’est en tout cas ce que prétendent vos coreligionnaires en vous accusant de phylétisme. L’agression menée contre l’Ukraine serait, dites-vous, un acte de résistance au consumérisme occidental. Comme vous y allez, vous qui aimez pratiquer le ski en Suisse et collectionnez les grosses cylindrées et vous établissez dans 5 résidences.

Venons-en à votre Église. Comment une nation dont la majorité embrasse le christianisme orthodoxe peut-elle justifier l’invasion et la tuerie des habitants d'une nation sœur, partageant la même foi ? Comment des chrétiens orthodoxes peuvent-ils déchaîner la violence et l'effusion de sang contre leurs frères et sœurs en Christ ?

Continuer à lire

Pages