Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Le problème soulevé par les soignant(e)s

Pour Suzanne Zahredine, avec mon affection

   Confrontés à la saturation de la capacité des lits de réanimation, l’on se demande si l’on n’a pas sacrifié des vies qui n’iraient guère plus loin ? D’autres s’interrogent, si l’on a été contraint d'abandonner certains malades, sur la dimension économique du choix. A-t-on opté pour le choix le moins coûteux ? Toute valeur n’est pas transposable en termes monétaires. On admet donc difficilement une dialectique qui poserait face à face la perte économique engendrée par le confinement et ce qu’on estime être la valeur —économique ?— des vies humaines.

Le bien commun comprend tout le monde, y compris les personnes âgées, que certains se retiennent d’appeler « usagées ».

Le calcul utilitariste des coûts, qu’on brandit parfois comme absolu, ne prend pas en compte la question morale des obligations que nous avons envers les autres, nos ancêtres, et celle du « lien de civilisation » qui s’établit entre les générations. La santé est un bien, pas nécessairement une valeur, et devrait subordonner, en dépit de leur importance, les considérations économiques. Doit subsister le sens de la responsabilité qu’une génération plus jeune et vigoureuse éprouve pour une autre plus fragile. D’autre part, la pandémie a mis en lumière l’importance des soignants, en particulier le salaire de certaines catégories qui ne bénéficient pas d’une rétribution et d'une reconnaissance à la hauteur de leur contribution. Si nous voulons bien porter un regard sur la valorisation insuffisante de ces métiers, c’est que nous raisonnons indépendamment du verdict du marché.

Continuer à lire