Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savoir plus
  • Édouard. Qu'est-ce qu'on va faire de toi? Roman autobiographique, Ed du Lys bleu
Continuer à lire

Dernier article :

De Bénarès à la Chine : deux bouddhismes

Pour Sapphô, en hommage amical

   Sur un plan démographique, le bouddhisme est l'une des cinq grandes religions mondiales. Né dans le bassin du Gange au VIe siècle avant J.-C., il a rapidement rayonné dans le sous-continent indien, s'est répandu à partir du Nord de l'Inde vers le Tibet, la Chine, la Corée, et enfin le Japon.

Un siècle après la mort du Bouddha se développent deux grandes tendances, l’une, plutôt monastique, le Théra vada, suivi par les théologiens bouddhistes, les moines et les philosophes ;  l’autre, laïque, le Maha sangh ika.

Des moines déclarent que le Bouddha n’est pas mort. De cette tendance est né Hinyana, le « petit véhicule », i.e. le « Petit moyen de progression ». Le « petit véhicule », déclare que le Bouddha leur a légué une recette pour entrer dans le Nirvana : le salut par soi-même. Pour le petit véhicule le monde est phénomène. Il apparaît. Il y a dans le monde des phénomènes (dharma), des éléments constitutionnels de l’individu, au nombre de 75. Parmi ces éléments on trouve la poésie, le romantisme, le rêve aussi bien que des éléments chimiques. Le caractère composé et conditionné de tous les êtres qui le constituent est précisément ce que le bouddhisme appelle la duhkha, soit la souffrance, la misère, le mal. Le symbole représentatif de la duhkha est la roue dont le moyeu est décentré. La suppression de la duhkha ne peut être obtenue que par un recentrage du moyeu.

La première noble vérité déclare que toute vie est souffrance. Le Bouddha s’étant considéré lui-même comme médecin a cherché à faire l’étiologie de la souffrance qui se révèle dès son origine : le désir. La suppression du désir serait donc la thérapie. C’est la sortie du monde. Le nirvâna est donc considéré comme l’au-delà absolu de la réalité phénoménale. À cela s’ajoute l’accent mis sur la sagesse qui regarde les choses telles qu’elles sont. C’est en s’en détachant qu’on peut atteindre le nirvâna. Sous la forme du Theravâda le bouddhisme du Petit véhicule s’est développé en Asie du sud est asiatique.

Le critère fondamental du bouddhisme primitif concerne la manière de concevoir le monde, et donc son contraire : le nirvâna. Ce courant croit définir le monde.

Continuer à lire