Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Prochaines interventions :

  • Vendredi 8 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : « L’islam de la mort de Mahomet à l’An Mil ; de la fitna au déclin abbasside »,
  • Vendredi 22 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : «  La complexité géopolitique du Proche-Orient depuis les bouleversements du dernier quart du XXe siècle. »
  • Vendredi 29 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Ghaleb Bencheikh, Président de la fondation de l’Islam de France, proposée par le PUC de Narbonne : «  Présentation de la Fondation de l’islam de France. » 

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Populismes de droite et de gauche

Pour Pierre Launay, en hommage affectueux

   La montée progressive des mouvements dits « populistes » nous conduit à les discerner. Abraham Lincoln définissait la démocratie comme « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Ainsi surgit l’idée de souveraineté populaire, le peuple n'ayant finalement de compte à rendre qu'à lui-même et ne reconnaissant pas d'autre référence supérieure ou transcendante par rapport à lui-même que lui (1). 

Est-il possible au peuple de se gouverner lui-même ? Si le peuple ne le peut, il lui faut déléguer ce gouvernement à des représentants. Comment ? Pour combien de temps ? Quelle marge de liberté et d'initiative donner à ces représentants ? Quel « peuple » les désigne ? Des gens expérimentés ? Tout le monde ? Les populismes font appel au peuple, mais à quel peuple ? À quelles catégories sociales s'adresse-t-on ? 

Certains populismes vont jeter le soupçon sur la représentation dite « populaire ». La pratique de votes législatifs réguliers est pourtant un signe que le « peuple » garde le primat sur ses délégués et qu'il peut les remplacer. Les populismes envahissent aujourd’hui la scène politique européenne et rassemblent d'assez larges minorités. Parce qu’ils sont eux-mêmes divers, il convient de distinguer des populismes de droite et des populismes de gauche.

Ils ont d’abord en commun de dénoncer le fait que le peuple soit dépouillé de la possibilité de se gouverner lui-même, que les décisions importantes le concernant soient prises par de grands groupes internationaux, ou par « Bruxelles », fantôme toujours agité par les propagandes anti-européennes. Le peuple se verrait soumis à des puissances obscures, hétéronomes, donc non contrôlées.

Continuer à lire