Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savoir plus
  • Édouard. Qu'est-ce qu'on va faire de toi? Roman autobiographique, Ed du Lys bleu
Continuer à lire

Dernier article :

Le rayonnement de la Cappadoce au IVe siècle

Pour le P. Gabriel Florès, en hommage amical

   La Cappadoce, au cœur de la Turquie actuelle, avait été annexée par l’empereur Tibère, qui y fit construire une capitale, Kayseri, ou Césarée, en l’honneur de lui-même ! On n’est jamais mieux servi… La ville est vivante, opulente, cultivée, dotée de thermes et d’un théâtre. On y organise de nombreuses fêtes.

La Cappadoce est très tôt évangélisée. On ne compte pas moins de sept évêques cappadociens au concile de Nicée. Cette région du Pont, au sud de la Mer Noire, que les Grecs avaient appelée Pont-Euxin (« mer hospitalière »), n’a pas été épargnée par la persécution de Dioclétien.

Basile de Césarée fait partie du trio de ceux qu’on appelle « les Cappadociens », à savoir Grégoire de Nysse son frère, Grégoire de Nazianze son ami, et Basile lui même. Ils sont remarqués par leur talent oratoire, et leur écriture traduit une grande rigueur de pensée qui a favorisé le développement du christianisme dans cette région au IVe siècle. On aime à dire que Basile, né en 329, est le chef de file de ce trio. Basile passe sa jeunesse à goûter aux vanités du monde avant d’être envoyé avec son frère Grégoire à Constantinople pour étudier, puis à Athènes. C’est là, à Athènes, qu’il se lie d’une amitié indéfectible avec Grégoire, de Nazianze.

Basile est avant tout un grammairien, qui se pique d’astronomie et de géométrie. Basile est baptisé à presque trente ans, en 357. À la mort de son père Basile vend tous ses biens, séjourne en Syrie, puis en Palestine. Il choisit de vivre en communauté et rédige alors une Règle qui devient le modèle de tout le monachisme oriental.

Continuer à lire