Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • Dernier paruEn l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savir plus

Continuer à lire

Dernier article :

Ce que j’observe (1/3)

« Questions en partage », est consulté ou lu chaque mois par plus de 20000 visiteurs proches et lointains. Cette 800e chronique se présente en 3 observations personnelles. La 798e porte aujourd'hui sur l’origine du mal qui ronge aujourd'hui le monde, la 799e portera sur notre vacuité politique, la 800e sur l’Église de France aujourd’hui. J’ai le plaisir de vous réserver ces 3 chroniques en hommage amical.

L'existence serait-elle dépourvue de sens, d’intelligibilité, d’une justification ? Que nous dit l’aujourd’hui que l’on traverse, inquiets.

On observe une grande coupure qui sépare ceux qui s’intéressent à ces chemins de sens et ceux qui ne voient de vérité que dans les résultats des seules sciences et techniques, les scientistes de tout poil, et les pélagianistes, dénoncés par le pape François, qui ne croient qu’au talent de l’homme. 

De là ne vient-il pas le mal qui ronge le monde présent, qui en a peur d’autant qu’il ne l’explique pas ? Comment exiler le mal au cœur de nos vies ? En observateur attentif du conflit russo-ukrainien surgissent 3 sujets de réflexion autour du mal : le tragique de l’histoire qui, ici, n‘est pas comparable à la tragédie grecque, la racine du mal, et l’absence de l'efficience de Dieu. 

Nous n’admettons que difficilement notre statut d’ « être vers la mort ». Là surgit l’angoisse de la finitude et dans le même temps la volonté de transcender notre nature. Il nous faut penser « mal et finitude », articuler l’inarticulable. Nous sommes tentés par une approche ontologique de la racine du mal, moins pour l’assumer que par désir intense de le dépasser. D’où la tentation de transcender notre nature. En quête d’un idéal inatteignable, infini, nous nous laissons envoûter par les leurres d’une surnature.

L’image de la finitude en l’homme est alors jetée aux orties. Elle gêne. Car survient l’angoisse, ou « l’horizon bouché de l’existence » ancrée chez Foucault, voire Thomas d’Aquin. À la finitude qu’aspire la bête à dépasser, le fou prométhéen sous les traits de l’invisible Satan cherche à nous en exempter. Satan fait mal. Avec le sourire de Poutine. 

Continuer à lire