Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • À Paraître : En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent
Continuer à lire

Dernier article :

De l’importance du rite

Pour Bernard S. (4/8), amicalement

   On a longtemps compris le rite comme la partie contingente de la religion. Une religion sans rites est en effet peu envisageable. Une nation vit au rythme de ses rites (Tour de France, 14 juillet…). En religion, le rite est principe visible de différenciation. L’on tend, par les gestes rituels, à se démarquer, à souligner sa singularité au sein d’une tradition. La normalisation des rites entraîne parfois des controverses. L’important en christianisme est de sauvegarder, par delà le rite, l’unité foncière de la foi.

Loin d’être un jeu superficiel, le rite est un geste symbolique qui relie l’homme au sacré, lequel, en religion chrétienne, transcende le rite par le sacrement. Le rite est sans conteste un pertinent miroir et un puissant véhicule de sens du sujet collectif qui le pratique. Sous la République des Césars, faire montre de religio c’était répéter des gestes précis, réglés par la Constitutio religionum. Depuis la nuit des temps, les hommes et les dieux, s’associent au cœur des rites pour lutter contre le retour au chaos originel (cf. Égypte).

Le rite est itératif. Il est lié au temps, tout entier à l'intérieur de chacun de ses fragments. En épousant les cycles biologiques de la nature, ou les cycles d'un calendrier concocté par l'homme, la fête rituelle marque la fin d’un temps et célèbre l’aube d’une ère nouvelle, chargée d’espoir. Ainsi en est-il de la nuit de la Saint-Sylvestre, comme des parieurs du PMU rassemblés chaque dimanche matin pour conjurer le hasard et capter la chance. Ainsi en est-il de la fête du cheval célébrée par les chamans de l'Oural qui offrent l'âme du cheval sacrifié au cours d'une cérémonie religieuse annuelle.

Continuer à lire