Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Le nœud de l’incompréhension

Pour Denise Torgemane, en hommage amical

   Le monothéisme radical de l'islam récuse à la fois l'affirmation du mystère trinitaire et l'affirmation de l'incarnation qui sont au coeur du message chrétien dans sa nouveauté par rapport à la Révélation de l'Ancienne Alliance. Si la négation de la filiation divine de Jésus n'est que la conséquence d'un monothéisme anti-trinitaire, c’est que l'affirmation du Dieu-Trinité apparaît comme contraire à l'unicité de Dieu, d’une part, et l'affirmation du dogme de l’incarnation, d’autre part, s’oppose, selon les musulmans, à la transcendance absolue de Dieu. 

S’agit-il d'un rejet circonstanciel qui relève de malentendus liés à des circonstances historiques, et ce rejet fondamental est-il irrémédiable ? Cette difficulté semble insurmontable et le différent non négociable. Au moment même où l'adoration du Dieu unique est annoncée par les chrétiens et les musulmans comme un héritage commun, il faut avouer que la nature même du monothéisme nous rend étrangers les uns aux autres. On peut toujours entendre : « Nous croyons au même Dieu, le Dieu unique, le Dieu vivant, qui a créé le ciel et la terre », il reste que nous nous réclamons de deux conceptions très différentes de Dieu.

Continuer à lire