Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savoir plus
  • Édouard. Qu'est-ce qu'on va faire de toi? Roman autobiographique, Ed du Lys bleu
Continuer à lire

Dernier article :

L’intelligence ; artificielle ou artificieuse ?

Pour Maryline que j'embrasse, et Marc Grassin en hommage amical

   Au stade auquel accède le progrès sur l’intelligence artificielle, quel est son pouvoir face à l’homme ?

L’an dernier, l’un des sujets proposés au baccalauréat a été : « le bonheur est-il une affaire de raison » ? La copie du philosophe Raphaël Enthoven pour répondre à cette question a envoûté les correcteurs qui avaient à juger par comparaison la copie rendue par l’intelligence artificielle. Éliette Abecassis, agrégée de philosophie, et Lev Fraenckel, autre philosophe, ont d’emblée été frappés par la musique des mots et la pétillance de l’argumentaire d’une des deux copies (dont l’identité des auteurs était cachée). Derrière cette copie il y avait une vie, un tempérament, une personnalité, un caractère, des goûts littéraires et philosophiques. L'homme et la machine n'écrivent pas encore de la même façon. La différence, remarque Éliette Abecassis, c'est le style, qu’on ne peut définir. Le style c'est le je-ne-sais quoi et le presque-rien. Le style est propre à l’homme.

La copie rendue par le ChatGpt était dépourvue de toute réflexion réelle. L'intelligence artificielle en effet —artificielle ou artificieuse— a rendu une copie d'histoire de la philosophie. En rapportant un maximum de connaissances, mais incapable de les interpréter. Ni la critique textuelle, ni l’herméneutique n’ont de case dans l’intelligence artificielle. Savoir sans réfléchir est vain. Le contraire est dangereux.

Est-ce qu'une machine pourra un jour philosopher aussi bien, voire mieux, que l'être humain ? La prééminence de l’homme, disait le P. Teilhard, est « de savoir qu’il sait. Si l’animal sait, seul l’Homme sait qu’il sait. » L'être pensant cherche à voir plus et mieux. Aucune intelligence artificielle ne pourra véritablement philosopher. Pourtant, l’intelligence artificielle évolue à une telle vitesse que certains croient que la machine en viendra très vite à penser bien mieux que l’homme. Une fois dépassés par la machine que ferons-nous ? Que serons-nous ? Nous adapterons-nous à ce monde dominé par la technique que l’homme aura enfantée ? Nous sommes au seuil d’une apocalypse cognitive.

Continuer à lire