Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savoir plus
  • Édouard. Qu'est-ce qu'on va faire de toi? Roman autobiographique, Ed du Lys bleu
Continuer à lire

Dernier article :

D’où vient le mot Palestine ?

Pour Sophie Guerlin, en hommage amical

   Arrivé peu avant le XIIe siècle BC un peuple d’origine crétoise s’est installé au bord de la mer, au nord du Sinaï. Ce sont les Philistins. Ils furent repoussés vers cette contrée qu’on appelle aujourd’hui « la bande de Gaza ». Ils y fondèrent plus au nord Askelon et Ashod où ils s’installèrent. C’est de leur nom qu’est dérivé, sous sa forme latine, le nom de cette région côtière : « Palestine ».

La « Palestine » s’étendit d’abord à Canaan, de Salomon jusqu’à César. Les Romains entendaient sous ce terme l’étendue comprise entre la Mer Méditerranée et le Jourdain.

Sur la colline de Jérusalem se situait probablement le palais du roi David et le temple de Salomon.

    Qui sont les Sémites dans la Bible ?

Après le déluge Abraham rassemble et répartit les peuples sur toute la terre. Ces peuples sont issus des trois fils de Noé : Cham, Japhet et Sem. Tandis que se réfèrent à l’ancêtre Cham les Égyptiens, les Nubiens, les Libyens, les Éthiopiens, et les peuples d’Arabie du Nord, Japhet est présenté comme celui qui rassemble Phéniciens, Philistins, les peuples d’Asie Mineure, les Mèdes et les Grecs. Le troisième fils de Noé, Sem, est l’ancêtre des peuples d’Arabie, les Sémites, qui rassemblent les juifs et les arabes.

Ceci étant posé le prochain article présentera l’histoire du sionisme et ses branches.     

 

Géard Leroy, le 17 mai 2024

 

Continuer à lire