Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • Dernier paruEn l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savir plus

Continuer à lire

Dernier article :

Des laïcs théologiens pour construire l'Eglise de demain

Au Frère Charles, en hommage amical

   La théologie universitaire fut autrefois une affaire de clercs. La théologie au temps des Pères de l’Église, était principalement exercée par les évêques, à l’exemple des Cappadociens  Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze ou de l’Égyptien Athanase, d’Alexandrie. L’exclusion des laïcs de la théologie coïncide avec une prise de contrôle cléricale sur le savoir scientifique, notamment par le biais de la création des universités médiévales. Elle correspond également à l’instauration d’une hiérarchie : évêques, théologiens et laïcs nobles (la masse des fidèles étant écartée). Ainsi que le montrent les conciles auxquels sont convoqués évêques, experts théologiens et canonistes et représentants – nobles – des puissances temporelles chrétiennes.

La théologie coïncidait avec un âge où présidait une dichotomie entre l’« Église enseignante » des clercs et l’« Église enseignée » des laïcs, réduits à la passivité, dichotomie dénoncée par des théologiens eux-mêmes et par le pape François. On note depuis les années 70 la présence croissante de laïcs, hommes et femmes, dans les facultés de théologie.

Au lendemain des événements de mai 1968, une remise en question de la société, de la culture, a conduit le recteur de l'Institut catholique de Paris à créer, dans le cadre de la Faculté de théologie, un parcours qui puisse être adapté aux laïcs. Avec le P. Liégé, dominicain, doyen de la Faculté de théologie, le P. Coudreau s’y attelle et propose aux laïcs des études qui ne soient pas des études aux rabais, mais bien au contraire que soient maintenues les exigences universitaires assurant l'intelligence de la foi au meilleur niveau, un travail de réflexion et une densité de travail en qualité et en quantité.

Continuer à lire