Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Comprendre et interpréter reviennent-ils au même ?

Pour Henri-Luc, l'ami, en souvenir d'interminables veillées

Qu’entend-on par “comprendre” ?

On entend par comprendre l’expression de la faculté de saisir les choses, les raisons ou les phénomènes, de concevoir les caractères d’une classe donnée, d’un concept, et de ceux qui en découlent logiquement.

Comprendre c’est penser un signe qui signifie. On peut voir les caractères d’une langue inconnue sans les comprendre. Comprendre c’est reconnaître que ce qu’on déclare “comprendre” est tel qu’il ne pourrait être autrement et que son contradictoire serait absurde.

Expliquer, d’une manière générale, c’est décrire, développer, rendre compte de la réalité. C’est dévoiler un sens, une finalité, en explicitant sa signification (cf. Dilthey, Weber). Parce que l’explication cherche à déterminer et exposer les conditions d’un phénomène, c’est encore, d’un point de vue psychologique, déceler les causes d’un comportement (cf. Wittgenstein). Ou rapporter un objet de connaissance à des vérités déjà connues.

Que veut dire “comprendre” pour M. Heidegger ? 

Heidegger a mis en œuvre la question de l’herméneutique dans la perspective d’ériger une structure  de la compréhension. Le Dasein, comme être-au-monde, a toujours une compréhension de son être et du monde où il se constitue comme projet, comme pouvoir-être. Le comprendre de l’existence est toujours comprendre du monde. Pour Heidegger, le comprendre se temporalise à partir de l’avenir, soit dans le devancement, soit dans l’attente. Le Dasein a à être. Déterminé par le projet le Dasein est ce qu’il devient. “L’homme est cet être pour lequel, dans son être même, il y va de son être”. Pour Heidegger, un être jeté au monde s’y oriente en projetant ses possibles.

Continuer à lire