Du bien commun

Pour Élias, en hommage affectueux,

   La notion de bien commun réapparaît à la faveur du Covid où les solidarités multiples ont révélé les carences insidieusement installées par l’individualisme. Le Covid a souligné la communauté de destin à tous les humains.

La quête du bien à l’origine a été rattachée à la recherche du bonheur, défini par Aristote comme la sanction la plus noble de l’esprit, tandis que les Épicuriens considéraient que le « bien naturel » satisfait nos besoins naturels et nos inclinations. Pour Thomas d’Aquin le bien est l’objet même de la volonté (Contra Gentiles, IV, XIX), ce que rejoint Kant, déduisant le bien absolu de la bonne volonté.

Dans le langage courant, l’expression « intérêt général » s’est progressivement substituée à celle de « bien commun », jusqu’à superposer l’un à l’autre.  Dans son Discours sur l’économie politique Jean-Jacques Rousseau déduit l’intérêt général de la volonté générale comme premier principe de l’économie publique, et règle fondamentale du gouvernement. Lorsqu’en préambule Rousseau définit l’économie politique comme tâche du gouvernement, il subordonne celle-ci à la volonté générale. Un gouvernement légitime ou populaire est tenu avant tout de suivre la volonté générale, résultante (plutôt que somme) des volontés particulières chez Rousseau. Le bien de l’ordre est la résultante de biens singuliers, reconnaissait lui-même Thomas d’Aquin (CG I, LXXVIII).

Continuer à lire

Pages