Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

La religion : affaire privée ?

Pour Anne-Françoise Caux, en hommage amical
   
Observant le retour massif du religieux sur la scène publique en  Occident, on peut dégager en touche en se disant que “ça ne se passe pas chez nous, ça se passe à l’autre bout du monde, en Iran, en Amérique latine ou ailleurs”. On constate cependant que le religieux privatisé, le religieux optionnel, qui ne concerne que la conscience de chacun, est capable de développer des effets sociaux considérables.

Ainsi aux USA les protestants évangéliques qui depuis toujours s’étaient tenu à l’écart de la scène politique, se contentant de défiler dans la rue pour empêcher les super marchés de vendre de l’alcool le dimanche après-midi, ou de rédiger des pétitions pour qu’on cesse d’enseigner dans les écoles la théorie de l’évolution, sont entrés d’une façon brutale sur le terrain du politique pour participer et assurer la seconde réélection de Reegan, à travers des mouvements comme la Moral maturity, ou la Christian coalition qu’on a vu plus récemment en faveur de Clinton. Il est clair qu’ici on n’est plus devant du religieux privatisé. 

Les manifestations de dévotion populaire ont repris du service. Les processions en limousin, les pardons en Bretagne etc. se multiplient, alors qu’on avait cru que tout cela appartenait à un monde dépassé, qu’il y avait là des traces d’un monde rural, médiéval, en voie de disparition, où survivaient encore quelques attardés. 

Continuer à lire