Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savoir plus
  • Édouard. Qu'est-ce qu'on va faire de toi? Roman autobiographique, Ed du Lys bleu
Continuer à lire

Dernier article :

Les entants d’Abraham, sémites, se déchirent

Pour Gabriel Setruk, Pierre Guigui, Bernard Kouchner, Nathalie et David Moatti, Serge Misrai, Marianne Rode, Christophe Lévy, Béatrice Weill, Didier Sribny, Agnès Buzyn,  Ghaleb Bencheikh…

   L’attaque du Hamas a surpris. L’audace et l’ampleur dévastatrice de l’opération barbare favorisée par la totale incurie des renseignements militaires et civils ont causé le désarroi des forces de défense israélienne.

Cette attaque était prévisible. Prévisible parce que plusieurs voix se sont élevées récemment, arabes, certes, mais aussi juives, d’Israël ou d’ailleurs, pour dénoncer l’apartheid dont souffrent les Palestiniens. Le mot est fort. Et juste. Cet apartheid est en place depuis longtemps.

À l’affolement se sont succédé des scènes de cauchemar. Des combattants du Hamas juchés sur des pick-up, munis de fusils automatiques, ont franchi une infranchissable barrière ultra  protégée par des senseurs technologiques dernier cri. Des terroristes armés allaient librement vers des villages et des kibboutz pour les assiéger. Des hommes, des femmes et des enfants en détresse sont exécutés à bout portant, d’autres, par dizaines, sont pris en otages et emmenés de l’autre côté de la frontière, où les réseaux sociaux les exhibent, nus, battus, insultés. La radio répercute les appels à l’aide désespérés. Lorsque l’armée arrive enfin, des combats acharnés s’engagent, le jour, la nuit, un jour encore… Quant cessera ce carnage ?

Cette opération menée par le Hamas, horrible, ne doit pas être déconnectée de l’histoire vécue à la fois par les Israéliens et par les Palestiniens depuis 1948.

D’abord, il est sage de distinguer le Hamas et les Gazaouis, dont tous n’approuvent pas la violence de cette mouvance héritée de la confrérie des Frères Musulmans fondée en 1928 par l’Égyptien Hassan al-Banna. Son successeur, l’Égyptien Sayyid Qutb, durcira le ton en justifiant le recours à la violence contre les valeurs occidentales qu’il considère comme nuisibles et en prêchant la « lutte contre les Juifs ». C’est à lui que se réfèrent les chefs terroristes.

La violence abjecte qui s’exerce aujourd’hui à l’égard des Israéliens, relève d’une haine effrénée,

Continuer à lire