Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • En l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savoir plus
  • Édouard. Qu'est-ce qu'on va faire de toi? Roman autobiographique, Ed du Lys bleu
Continuer à lire

Dernier article :

Dieu : Grand Horloger ?

Pour Danielle et Jean-Pierre Janier, en hommage amical

   Le grand mérite du livre Dieu la science les preuves paru l’an dernier (1) c’est de nous proposer tout un parcours historique mettant en lumière le fait que, suite aux progrès scientifiques du 19e puis du XXe siècle, des courants scientistes ont surgi selon lesquels la science est la seule source fiable de savoir sur le monde. Cette attitude s'est trouvée largement remise en cause et questionnée par l'évolution même des découvertes scientifiques.

L’ouvrage passe en revue les avancées qui ont introduit de la complexité, de l’incomplétude dans la démarche scientifique, que ce soit en thermodynamique, en mécanique quantique, ou encore en science de la nature, ou selon le principe anthropique en astrophysique.

Le scientisme pur et dur triomphant du début du XXe siècle est aujourd’hui contesté. On se place désormais devant une nouvelle approche de l'objet scientifique : c’est un objet que l'on n’étudie pas en soi mais dans ses relations, ses interactions avec les autres objets, et aussi avec le sujet qui étudie.

Dans la complexité d’aujourd’hui, il y a donc de l'incertitude mais cela ne signifie pas pour autant que la science est dé-légitimée. Simplement cette incomplétude est aujourd’hui reconnue comme la condition même de l'exercice du scientifique. De ce fait, une vision totalement matérialiste est difficile à tenir. En ce sens l'idée promue par le livre est que les découvertes récentes nous questionnent sur le fond des choses.

Doit-on voir dans cette faille les preuves de l'existence de Dieu ? Tout ce qui est est, tout ce qui n’est pas n’est pas. Tout ce qui est et n’est pas par soi est par un autre. Le principe d’identité aristotélicien sur lequel s’appuie l’ouvrage prouverait qu'il y aurait « derrière les choses » un Dieu qui aurait ajusté les mécanismes du cosmos et du Vivant. Le Dieu de Jésus-Christ en vient à être un « grand horloger » de l’univers.

Au fond, ce questionnement de la science actuelle permet de relancer le dialogue entre foi et science. Mais ce dialogue doit prendre garde à bien articuler ces domaines et non les confondre. La création au sens biblique et l’évolution au sens Darwinien ne se situent pas sur le même plan.

Dieu fait être tout ce qui existe. « Dieu fait les choses se faire. » disait le P. Teilhard de Chardin. Dieu n’utilise pas un tournevis. Il offre. Il offre une autonomie aux créatures qui poursuivent la création. Dieu n'est ni le fabricant ni le Grand horloger. Il créé dans un amour gratuit.

Continuer à lire