Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Prochaines interventions :

  • Vendredi 8 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : « L’islam de la mort de Mahomet à l’An Mil ; de la fitna au déclin abbasside »,
  • Vendredi 22 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : «  La complexité géopolitique du Proche-Orient depuis les bouleversements du dernier quart du XXe siècle. »
  • Vendredi 29 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Ghaleb Bencheikh, Président de la fondation de l’Islam de France, proposée par le PUC de Narbonne : «  Présentation de la Fondation de l’islam de France. » 

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

La Résurrection comme appel à la Justice

Pour Maryllne Lugosi, en hommage amical

   La croyance à la résurrection était peu répandue au temps de Jésus, ses disciples ne comprenaient d’ailleurs pas ce que Jésus voulait dire quand il annonçait qu’il ressusciterait après avoir été mis à mort (Mc 9,32). Si la croyance en la Résurrection est apparue tardivement en Israël, elle n’a pas surgi de rien. On avait en mémoire ce qu’avaient annoncé les prophètes à propos des menaces de la colère de Dieu contre les tyrans, les oppresseurs et malfaisants de tout poil. Aussi attendait-on de Dieu qu’il réalise sa promesse d’instaurer son règne sur la terre, un règne de justice et de paix. On ne comprenait pas pourquoi des justes, tel le saint homme Job, étaient accablés de malheurs, tandis que les méchants prospéraient, et comment pouvait-il se faire que le Dieu très juste, très bon et très puissant tolérait cette situation. 

Ces plaintes adressées à la justice de Dieu le provoquaient à intervenir au plus vite. L’attente impatiente de la venue de son royaume faisait naître l’espérance que ceux qui étaient morts avant que justice leur ait été rendue y trouveraient place. Ainsi s’exprimera, un siècle environ avant la venue de Jésus, la foi dans la résurrection des martyrs d’Israël mis à mort à cause de leur attachement à la Loi (2 Mac 7,14) : cette foi n’est pas née de la convoitise d’un bonheur immortel, ni de la peur de la mort, mais d’un appel à la justice de Dieu pour qu’elle mette fin aux injustices des hommes et procure réparation aux victimes. Elle est liée à l’intelligibilité d’un Dieu qui fait alliance avec les hommes.

Continuer à lire