Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Prochaines interventions :

  • Vendredi 8 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : « L’islam de la mort de Mahomet à l’An Mil ; de la fitna au déclin abbasside »,
  • Vendredi 22 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Gérard Leroy proposée par le PUC de Narbonne : «  La complexité géopolitique du Proche-Orient depuis les bouleversements du dernier quart du XXe siècle. »
  • Vendredi 29 novembre, à 20 h 30, à la Maison Saint-Pierre, conférence de Ghaleb Bencheikh, Président de la fondation de l’Islam de France, proposée par le PUC de Narbonne : «  Présentation de la Fondation de l’islam de France. » 

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Vous vous sentez barbouillé ?

Pour Anthony, ce clin d'œil...

   De nos jours, le tatouage n’a plus le caractère d’exception qu’on lui reconnaissait encore il y a un demi-siècle. On se retournait sur les tatoués. On les affublait parfois même d’attributs péjoratifs, en tout cas peu enviables pour qui voulait passer pour “Quelqu’un”. Le tatouage est si prisé des footballeurs qu’on ne distingue plus le maillot du dessin. On voit des tatoués partout ! Comment ne pas être traversé de honte de n’en avoir pas ! 

Le mot vient du thaïtien “tatou”. C’est en effet chez les Polynésiens que cet art a été pratiqué avec le plus de maîtrise. Sa technique est simple, son application plutôt douloureuse, dit-on. Elle consistait, il y a encore peu de temps, à introduire, au moyen de piqûres, des substances colorées sous l’épiderme, à la manière dont usent les médecins pratiquant la mésothérapie. Ce qui est gravé, de cette façon, reste à jamais indélébile. Ainsi le tatouage est vu par transparence. Les peuples à peau sombre ou noire préfèrent la scarification.

Ces dessins peuvent couvrir tout ou partie du corps. Jadis, il fallait des années pour exécuter ces œuvres d’art abstrait. Les plus compliquées, qu’on peut observer aux Îles Marquises ou des Samoa, n’étaient achevées qu’après bien des années, parfois jusqu’à attendre la vieillesse du bénéficiaire. Leur composition, leur dessin, répondaient à des règles précises, aussi normées que les armoiries de l’ancienne noblesse. Le graphisme, les figures, leur assemblage indiquaient l’ethnie, le rang, le lignage, ou pouvaient rappeler un fait d’armes, une expédition, un événement extraordinaire de l’histoire de l’individu. Sans oublier les honneurs reçus dans l’existence ou ceux que le mérite allait justifier.

Continuer à lire