Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Miséricorde et Réconciliation (2e partie)

Veuillez trouver ci-dessous le deuxième extrait de la conférence donnée par l'abbé Georges RIEUX le 4e dimanche de Carême. 

Ecce homo

   Miséricorde et réconciliation jaillissent du Mystère pascal, ce temps “où le fleuve de grâce est plus abondant qu’à l’ordinaire.” Devant le reposoir du Vendredi Saint, un adolescent m’a dit : “Je viens vous demander pardon, car aujourd’hui il est donné au monde.” Cette intuition spirituelle ressortit à la plus haute théologie. Car le pardon sacramentel actualise pour nous la restauration intérieure que Jésus nous a acquise une fois pour toutes.

Quelle est notre plus grande misère ? C’es notre volonté rebelle à l’Alliance. Qu’a fait Jésus à Gethsémani ? Il a transformé notre volonté blessée en une volonté conforme à la volonté divine. C’est donc du dedans de notre humanité que la miséricorde a agi.

Du coup, le Jardin des Oliviers devient l’antidote du jardin de la Genèse et le prélude au Jardin de Pâques. Le péché a été désarmé à sa source quand le Christ a porté notre volonté dans les mains du Père, nous donnant accès à la liberté des fils et des filles de Dieu. À une condition : que nous disions comme lui “non pas ce que je veux, Père, mais ce que tu veux” (Mt 21, 39)

Continuer à lire