Présentation

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
Continuer à lire

Dernier article :

Miséricorde et Réconciliation (3)

   Veuillez trouver ci-dessous le troisième et dernier extrait de la conférence donnée par l'abbé Georges RIEUX le 4e dimanche de Carême. 

Vérité de l’aveu et réalisme de la Croix

   La Croix porte en elle-même l’extrême du péché des hommes et l’extrême du Pardon divin. Il y a donc loin, entre le constat indolore de l’affirmation “je suis pécheur” et l’aveu humiliant “j’ai commis tel péché”. Sur la Croix nos péchés sont devenus bien réels, comme nous le chantons avec les mots de la lettre de Pierre (1 P 2, 24) : “Sur le bois,le Christ a porté lui-même nos fautes dans son corps.” Ce n’est pas une image poétique mais la réalité de la Rédemption. Donc, par-delà toute considération psychologique —par exemple, l’aspect libérateur de l’aveu, d’un point de vue théologal, un aveu édulcoré n’est pas conforme au réalisme de la Passion du Sauveur. La Croix, donne sa réalité à notre péché.

Prendre au sérieux le fait que Dieu est miséricordieux nous amène au pied de la Croix, avec une crainte révérencielle, avec espérance et amour pour Celui qui a mis avec tristesse son cœur dans le nôtre, pour que nous trouvions la joie du pardon dans le sien. Seule la reconnaissance humble et courageuse de notre péché nous fait échapper au danger d’une miséricorde galvaudée. Cette vérité nous rend libres et nous introduit dans la compassion divine. Dieu et l’homme sont alors présents l’un à l’autre : la faute du pécheur et la douleur du Sauveur.

Continuer à lire