L’Église assyrienne de l’Orient

Pour Michèle Lévy, que j’embrasse

   C’est par cette appellation qu’on désigne les chrétiens restés fidèles au long des siècles à la tradition originale de l'église apostolique assyrienne de l’Orient. On l’appelle communément « église de l’Orient » par opposition à « l'église d’Occident », « église d’Assyrie » ou « église de Mésopotamie » par identification de ses membres avec les grandes civilisations de l’Antiquité ; il fut un temps, court, pendant lequel on la désignait d’ « église nestorienne » par consentement avec la christologie du patriarche de Constantinople Nestorius déposé au concile d'Éphèse en 431.

À l’origine cette « église d’Assyrie » s’est érigée à Ctésiphon, au bord du Tigre, à 30 km au sud-est de Baghdad, que les Parthes (247-224 avant J.-C.), avaient fondée et où ses rois aimaient à y passer l’hiver.

Ctésiphon devint capitale de la Perse sous les Sassanides (224 BC- 652 AC). Au début du IVe siècle, la ville devint le siège du catholicos (un des primats de l’Église d’Orient). En 636, quatre ans seulement après la mort du prophète Mahomet, Ctésiphon tomba aux mains des musulmans qui envahirent la Perse.

Continuer à lire

Pages